Toute la Bretagne y croyait. Les 5000 supporters rennais montés à Londres aussi et ont mis une ambiance XXL dans les rues de la capitale anglaise. Une semaine après la très belle victoire 3 buts à 1 face aux Gunners lors du huitième de finale aller de la Ligue Europa, le Stade Rennais rêvait d’un nouvel exploit, encore plus grand, après avoir sorti le Betis Séville au tour précédent. Au final, dans une semaine européenne marquée par diverses folles remontées, les Londoniens ont signé eux aussi leur remontada (3-0). Un succès qui semble logique au vu du contenu proposé par la bande d’Unai Emery et la timidité coupable à ce niveau des hommes de Julien Stéphan. D’ailleurs, l’entraîneur breton a reconnu la supériorité adverse à l’issue de la rencontre. « On savait que cette équipe attaquait très fort. Mais se préparer et le vivre, c’est différent. Arsenal, c’est le niveau Ligue des champions. Ils étaient meilleurs que nous, cela va nous permettre de nous enrichir, d’emmagasiner de l’expérience contre du très très haut niveau ».

Mais l’histoire retiendra aussi que cette double confrontation avec les Londoniens aura été marquée par divers événements plus ou moins surprenants. Tout avait commencé par cette histoire d’inversion des matches. Lors du tirage au sort, Rennes devait se déplacer à l’Emirates à l’aller avant de recevoir au Roazhon. Un retour à domicile, dans une ambiance de folie, qui devait être un atout propice à l’exploit. Au final, l’UEFA a inversé l’ordre des matches en s’appuyant sur un texte précisant qu’il était impossible de gérer deux matches de sa compétition le même soir dans une même ville (Chelsea devait jouer en même temps à Stamford Bridge). Une décision qui a fait parler, mais qui n’a pas porté préjudice aux Bretons puisqu’ils se sont imposés 3-1. C’est alors que l’UEFA en a remis une couche.

Des décisions arbitrales douteuses

Expulsé lors du seizième de finale aller contre l’équipe biélorusse de BATE, Alexandre Lacazette avait écopé d’une suspension de trois matches. Il était donc censé rater les deux rencontres face à Rennes. Mais à 48 heures de la partie à l’Emirates, Lacazette a vu sa sanction être réduite d’un match. Résultat : le Français était bien disponible hier. Une nouvelle qui a, là encore, fait parler. Une petite polémique qui a un peu plus enflé hier après le gros tacle de l’ancien Lyonnais sur Benjamin André dès la 32e minute. Une faute sanctionnée d’un simple carton jaune, mais qui aurait pu valoir bien plus. Et quand on sait qu’Arsenal avait perdu pied au Roazhon après l’expulsion de Sokratis... Enfin, bien avant le carton de Lacazette, c’est le deuxième but des Gunners qui a interpellé. Centreur décisif pour Maitland-Niles, Pierre-Emerick Aubameyang était clairement dans une position de hors-jeu. Une deuxième réalisation londonienne qui a tout changé puisqu’elle est intervenue rapidement et plaçait virtuellement à ce moment précis Arsenal en quart de finale.

Autant d’événements derrière lesquels les Rennais ne veulent pas se retrancher pour expliquer leur élimination. Mais quand même... « Si on livre le fond de notre pensée, on va passer pour ce qu’on n’a pas envie de passer. Il y a très clairement hors-jeu sur le deuxième but. L’arbitre n’est pas gêné, il n’a pas besoin du VAR pour voir le hors-jeu. Il a mis beaucoup moins de temps à lever le drapeau en seconde période sur nos situations. On perd sans doute la qualification la semaine dernière. Si on avait mis le quatrième but, ça aurait changé les choses. Il y a eu pas mal d’éléments contraires sur les deux derniers jours et sur le match. Le tacle de Lacazette sur André est jaune - orangé et en seconde période c’est pareil pour son intervention sur Bensebaini… On n’a pas la puissance, c’est l’apprentissage », a déclaré Stéphan en conférence de presse, dans des propos relayés par Ouest-France.

Un sentiment partagé par le président du SRFC, Olivier Létang. « Je vais être sincère avec vous, je n’ai malheureusement pas été surpris par l’arbitrage. Julien (Stéphan) avait évoqué des bizarreries avant le match. Il y a eu l’inversion du match, le retour d’un joueur (Lacazette) 48h avant la rencontre. Ce qui est très surprenant alors que le joueur a pris un carton rouge il y a plus d’un mois et puis ce soir il y a au moins un but marqué sur hors-jeu qui est le deuxième. Je n’aime pas me plaindre de l’arbitrage. Arsenal nous a été supérieur ». Heureux malgré tout de son formidable parcours européen, le Stade Rennais a surtout envie de tout faire afin de pouvoir goûter à nouveau à ces joutes continentales plutôt que de s’attarder trop longtemps sur ces polémiques.