Sentiment mitigé au Roazhon Park. Tout heureux de retrouver la Coupe d’Europe après la belle aventure de la saison dernière (huitième de finale), le Stade Rennais pensait lancer son parcours en Ligue Europa de la meilleure des manières après l’ouverture du score de Mbaye Niang sur penalty. Malheureusement pour les hommes de Julien Stéphan, les Ecossais du Celtic n’ont rien lâché et sont repartis de Bretagne avec le point du match nul. Pas une bonne affaire pour les Rouge et Noir, surtout après la victoire, un peu surprise, de Cluj face à la Lazio. Résultat : la marge de manœuvre pour le prochain match à Rome s’annonce très réduite si les partenaires de Clément Grenier veulent une nouvelle fois rêver d’exploit. D’autant que les vainqueurs de la Coupe de France 2019 n’ont pas affiché un visage très séduisant. Un constat que ne partage pourtant pas l’ancien Lyonnais.

« Un peu de déception parce qu’on a le match en main et on leur fait un cadeau. On a été la hauteur dans ce match. C’est la Coupe d’Europe. On a su rivaliser avec eux, voire mieux dans l’intensité. En termes de statistique, on a été au-dessus d’eux dans tous les compartiments du jeu. Malheureusement, on n’est pas arrivé à garder ce résultat. On a fait un bon match qui va nous aider à progresser. C’était très intéressant ce soir. Il faut être positif. (...) Non, ce n’est pas une contre-performance, en tout cas à chaud, on a vraiment fait un match intéressant. (...) Ce qui s’est passé l’an passé c’est derrière nous. Ça nous sert d’expérience. On le savait que c’était un groupe compliqué, avec des clubs qui ont l’expérience des coupes d’Europe. »

Rennes veut y croire mais...

Positiver, le mot d’ordre était largement répandu chez les joueurs rennais. Buteur sur penalty face aux Bhoys, Mbaye Niang n’a donc pas voulu sombrer dans le pessimisme à l’heure où se profile à l’horizon une série de chocs (Lille, Nantes, OM) avant le déplacement périlleux en Italie. « Il faut avoir confiance en nous si on veut réussir quelque chose. Si on n’a pas confiance, on ne verra rien du tout. Il faut rester confiant, être conscient de nos qualités. C’est bien beau de regarder les autres, mais on a de très bons joueurs et il faut le dire aussi », a-t-il indiqué, avant d’évoquer le gros test de Rome. Quand le match commence, il y a 0-0. « Il faut être confiant, on va mettre une stratégie en place. Il ne faut pas être obnubilé par ce match. Le piège serait de penser à la Lazio avant celui de Lille. Il ne faut pas qu’on tombe dans ce piège sinon ça va nous coûter cher ».

De son côté, son entraîneur Julien Stéphan a tenu un discours plus nuancé. Avec un groupe renforcé surtout dans les dernières heures du mercato, le coach du SRFC, qui a aligné pas moins de six recrues ce jeudi soir, sait que son équipe est encore loin d’être compétitive. « Ce n’est pas un match maîtrisé. C’est un match où l’on voit qu’on est en reconstruction, avec beaucoup de nouveaux joueurs à intégrer, qui sont arrivés tardivement, en fin de mercato, et six joueurs majeurs qui sont partis. Il faut trouver des repères collectifs et les matches vont nous permettre d’y arriver. On était face à un adversaire expérimenté, mais on n’a pas assez ouvert d’espaces et on leur a donné la possibilité de revenir », a-t-il déclaré en conférence de presse. Auteur d’un début de saison solide en Ligue 1 (2e, à 2 points du PSG), Rennes va désormais passer ses premiers vrais tests de ce début de saison. Fortement remanié cet été, l’effectif de Stéphan devra donc trouver rapidement la bonne formule.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10