Sept ans après avoir atteint le dernier carré de la Ligue des Champions, l’Olympique Lyonnais s’est offert une nouvelle demi-finale de coupe d’Europe. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que les Gones se sont arrachés pour venir à bout d’une équipe de Besiktas poussée par tout un Vodafone Arena en furie. Battus 2-1, les Lyonnais ont longtemps cru que la chance les fuyait (deux barres de Lacazette) avant finalement de s’imposer aux tirs au but grâce à un Anthony Lopes des grands soirs.

Un scénario qui rend la qualification encore plus savoureuse pour l’entraîneur rhodanien Bruno Genesio. « Certainement parce qu’il y a eu beaucoup de suspense, c’était un vrai match de Coupe d’Europe, avec beaucoup de suspense et un comportement de fair-play de la part des deux équipes. C’est comme ça qu’on aime le foot. (...) On a su se galvaniser, aller au bout de nos forces. » Recruté la saison dernière pour faire passer un palier à l’OL et plutôt habitué aux joutes de la Ligue des Champions lorsqu’il évoluait à l’OM, Mathieu Valbuena ne boudait pas non plus son plaisir pour autant. « Je suis si heureux, ce sera ma première demi-finale européenne et pour l’OL c’est merveilleux. On n’a rien relâché. Le 5e tir au but il fallait que je le marque, ça sifflait un peu dans les oreilles, mais j’aime ces situations, on joue au foot pour ça, c’est génial », a-t-il déclaré dans des propos relayés par Le Progrès.

La génération Lacazette veut marquer l’histoire de l’OL

Lancé dans le grand bain de la coupe d’Europe cette saison, le jeune Lucas Tousart (19 ans) se souviendra surtout, quant à lui, de la folle ambiance de la Vodafone Arena. « Au niveau des décibels, c’était très fort, mais on s’entendait un peu sur le terrain. Maintenant, on ne veut pas s’arrêter là et si on veut marquer notre saison, on sait ce qu’on doit faire. » Auteur du tir au but décisif, le capitaine Maxime Gonalons ne cachait pas non plus son émotion. « Tout le monde a fait le boulot et c’est peut-être un symbole que ce soit moi qui ai marqué le dernier tir au but. La séance avait été de qualité des deux côtés et je n’ai fait que finir le travail. C’est une très bonne soirée dont on se souviendra longtemps. »

Quant au héros de la soirée avec ses deux tirs au but arrêtés, Anthony Lopes a préféré s’attarder sur la prestation collective plutôt que de se tresser des louanges. Car le champion d’Europe portugais compte bien, après l’époque Juninho & Cie, marquer l’histoire de l’OL avec la génération dorée du club principalement issue du centre de formation (Lopes, Gonalons, Lacazette, Tolisso, Fekir, Ferri entre autres). « Les grands acteurs de cette qualification, c’est toute l’équipe. Le match qu’on a livré ce soir tous ensemble, c’est absolument incroyable. J’ai la chance de pouvoir arrêter deux tirs au but qui permettent à l’équipe de se qualifier. (...) On veut marquer l’histoire du club et c’est avec des matches comme celui-ci qu’on arrive à le faire. On écrit une page du club pour ma génération, mais aussi pour toute l’équipe. On a fait quelque chose de grand aujourd’hui. » Rendez-vous maintenant en milieu de journée pour savoir qui l’OL affrontera en demi-finale.