Un temps, les supporters de l’Olympique de Marseille ont eu peur de ne pas être assez dans les travées du Groupama Stadium à Lyon pour la finale de la Ligue Europa contre l’Atlético Madrid. Si les Phocéens se sont fait écraser sur le rectangle vert par trois buts à zéro, en tribunes en revanche c’était l’inverse et l’ambiance était festive. Pour l’échauffement et pour l’entrée des joueurs, on pouvait largement entendre les supporters de l’équipe de Rudi Garcia, qui occupaient les trois quarts du stade. Ils se sont même permis un magnifique craquage de fumigènes à l’entrée des joueurs, ce qui ne plaira pas à l’UEFA.

Antoine Griezmann, double buteur et héros de la soirée côté espagnol y a été de son compliment. « Je suis fier de la saison de l’OM et des supporters qu’ils ont. Ils ont rempli à eux seuls le stade, c’est important ce qu’ils ont de ce côté-là », a indiqué le meilleur joueur de cette finale de la Ligue Europa. Adil Rami, lui, avait l’air un peu blasé de rappeler une nouvelle fois la qualité des suiveurs de l’Olympique de Marseille en France et en Europe.

Des interpellés quand même

« C’était magnifique. Franchement j’ai vibré. Je le dis souvent, ça ne sert à rien de le répéter, mais on a le meilleur public de France et l’un des meilleurs en Europe. On commence à avoir une équipe. Ça ne fait pas longtemps que l’actionnaire est ici. Il y a un début à tout et je pense qu’il est plutôt pas mal, il faut rester positif », a expliqué le défenseur qui sera devant son téléviseur ce jeudi soir en espérant gratter une place dans la liste de Didier Deschamps pour la Coupe du Monde en Russie.

Malgré toutes ces belles histoires, certains supporters ont été appréhendés par les forces de l’ordre au cours de la soirée et ont été placés en garde à vue. Les raisons sont multiples : utilisation de fumigène, dégradations, violences aggravés et même une intrusion sur le terrain. Mais nul doute que tous les joueurs sur la pelouse se rappelleront de cette rencontre comme d’une belle fête de football. Celle que souhaitaient les dirigeants marseillais et lyonnais.