Quatorze ans après, l’Olympique de Marseille retrouve le dernier carré de l’ancienne coupe UEFA, désormais renommée Ligue Europa. Et pour cette demi-finale aller face à Salzbourg, toute la cité phocéenne s’apprête à se mettre sur son 31. Un engouement XXL qui s’est traduit par la vente quasi immédiate de toutes les places disponibles à l’Orange Vélodrome. Et si tout Marseille croit plus que jamais en une qualification en finale après avoir évité les deux plus gros morceaux restants (Arsenal et l’Atlético), Rudi Garcia a tenu à ramener tout le monde à la raison, à commencer par ses joueurs.

« Je leur dis de continuer à marquer des buts et d’en prendre moins. Il faut absolument que l’on garde notre capacité à marquer des buts. Il faut qu’on soit plus rigoureux. Demain, c’est chez nous, le stade sera à guichets fermés, on va retrouver la même ambiance que face à Leipzig. Il faudra commencer le match à 21h05, pas avant, pas après. On a aussi montré qu’on était capable de prendre un but, mais de marquer. Si on peut se qualifier sans prendre de but, c’est bien. Mais il ne faut pas oublier qu’il y a un match retour. Le match est juste à 21h05. Avant, il faut être tranquille. Bien écouter, bien se préparer sur ce qu’on a préparé sur les forces et faiblesses de l’adversaire. L’objectif est de joueur assez tranquille. Il faut l’aborder tranquillement, sereinement et il faudra lâcher les chevaux demain à 21h05 », a-t-il déclaré en conférence de presse.

« On n’a pas réussi à battre cette équipe, ni à lui mettre un but »

Un bémol que l’entraîneur olympien a expliqué par les résultats obtenus par l’OM face à Salzbourg en phase de poules (1 nul et 1 défaite). Pire, Garcia a carrément fait des Autrichiens les favoris de cette double confrontation ! « Ils nous connaissent, on les connaît. On espère démontrer que l’OM d’avril est un OM différent de celui de l’automne et de l’hiver. Pour moi, ils sont favoris, mais on est un outsider déterminé à rejoindre la finale. Ils connaissent nos forces et faiblesses. À nous d’être meilleurs qu’eux sur la double confrontation ».

Un positionnement qui peut étonner, mais que Garcia a continué à justifier en détaillant le bilan de la belle saison du leader du championnat autrichien.« La différence c’est qu’on est dans une confrontation à élimination directe. On est à un autre moment de la saison. Ils ont aussi quelques joueurs nouveaux comme Ramalho en défense centrale. Comme je l’ai souligné, on n’a pas réussi à battre cette équipe, ni à lui mettre un but. C’est une équipe qui n’a perdu que trois matches durant toute sa saison. On espère qu’on aura plus d’expérience sur cette équipe dans cette compétition ».