Les supporters de l’Olympique de Marseille auraient sûrement privilégié un scénario moins stressant, et auraient préféré exulter avant. Cependant, l’euphorie est encore plus belle lorsque l’attente est longue. Il a donc fallu aller jusqu’aux prolongations et attendre le but salvateur de Rolando à la 116e minute pour voir l’OM se qualifier pour la finale de la Ligue Europa, le 16 mai prochain face à l’Atlético Madrid. Forcément, l’entraîneur olympien Rudi Garcia était heureux au coup de sifflet final.

« Je suis content pour le groupe, il le mérite. Sur les deux matches, c’est mérité. Le scénario a été plutôt bon, c’est dans l’ADN de cette équipe d’aller jusqu’au bout, d’y croire jusqu’au bout. C’est une vraie satisfaction d’aller en finale mais ce n’est pas une fin en soi, on n’a rien gagné encore », a-t-il lancé en conférence de presse, avant de revenir sur le déroulé de la rencontre et les nouveaux débats sur l’arbitrage. « J’étais confiant tout le long, concentré tout le long. On va certainement parler des épisodes d’arbitrage et j’en profite pour dire vivement la vidéo. Comme ça on n’en parlera plus. Ni du deuxième but validé pour eux, ni la main qu’on aurait dû siffler, ni d’un corner qui n’était apparemment pas pour nous à la fin, quelque chose comme ça. Avec la VAR, on va éviter 80 % de ce genre de discussions d’après-match ».

« Salzbourg manque d’humilité »

Rudi Garcia a donc de nouveau parlé d’arbitrage, malgré la qualification en finale, voyant bien que les Autrichiens se plaignaient virilement auprès de l’arbitre à la fin de la rencontre. En cause, ce fameux corner qui amène le but, qui aurait dû être une sortie de but. Les erreurs d’arbitrage avaient auparavant plus pénalisé l’OM sur cette rencontre, soit l’inverse du match aller. Avant la rencontre en Autriche, l’entraîneur du RB Salzbourg, Marco Rose, avait affiché une certaine confiance en son équipe pour retourner la situation, et cela, Rudi Garcia ne l’a pas oublié.

« Je tiens à dire que Salzbourg est une très très bonne équipe, l’Europe les a découverts, nous, on le savait. Le seul défaut, c’est qu’ils manquent d’humilité mais ils apprendront au fur et à mesure de leur parcours qu’il y a des choses qui ne se font pas ou qui ne disent pas pour respecter l’adversaire », a taclé le coach phocéen. Son homologue allemand n’a lui pas contesté l’arbitrage ni tancé l’OM dans sa conférence de presse.