Il n’y a pas eu match. A la rigueur, les optimistes diront qu’il y a eu une mi-temps pendant laquelle l’Olympique de Marseille a rivalisé avec l’Atlético de Madrid en finale de la Ligue Europa (3-0). Un premier acte au cours duquel Valère Germain aurait pu ouvrir le score et surtout durant lequel l’OM a été puni par une faute partagée entre Mandanda et Zambo Anguissa, qui amène l’ouverture du score de l’attaquant international français Antoine Griezmann. Pourtant, certains éléments des Matelassiers ont tenu à saluer leurs valeureux adversaires.

« Ce n’est pas plus dur, parce qu’aujourd’hui je suis plus égoïste ça faisait deux finales que je perdais. J’ai quitté ma maison à 14 ans pour gagner des titres et ce soir j’avais l’opportunité de gagner un trophée. Je suis fier de la saison de l’OM et des supporters qu’ils ont. Ils ont rempli à eux seuls le stade, c’est important ce qu’ils ont. Ce qu’a fait Rudi Garcia avec cette équipe c’est énorme. Je les félicite pour leur saison et je leur souhaite de se qualifier pour la Ligue des Champions le plus rapidement possible », a expliqué Antoine Griezmann en conférence de presse.

Simeone a aimé la saison de l’OM

« C’est sûr, la blessure de Dimitri Payet a généré des difficultés pour l’OM, ça a vraiment été un coup dur pour un grand joueur. Selon moi, Marseille a fait une saison incroyable en championnat et on a vu des matches en Europa League qui étaient de très haut niveau. C’est vrai que l’OM a eu affaire à un très grand Atlético. Griezmann l’a dit, nous avions très bien préparé ce match, nous savons ce que nous voulions faire », a embrayé l’entraîneur des Colchoneros Diego Simeone.

Mais si on ne devait citer qu’un seul élément espagnol, ce serait Lucas Hernandez, le natif de Marseille. « C’était spécial parce que je suis né là bas, mais je n’ai pas pu vivre là-bas. J’ai toujours été Marseillais et je le serai toujours. Je suis très désolé pour eux, mais très heureux pour moi », a expliqué le latéral gauche, qui a mis dans sa poche Florian Thauvin. Ce n’est qu’une maigre consolation pour les hommes de Rudi Garcia, mais avoir le respect des vainqueurs, c’est toujours ça de pris !