Tout Manchester attendait ça. Officiellement nommé entraîneur de Manchester City en février 2016, Pep Guardiola n’a pris ses fonctions que l’été dernier. Rapidement fixé sur son avenir, l’Espagnol a eu plusieurs mois pour préparer son nouveau défi. Ravis de pouvoir compter sur l’homme ayant emmené le FC Barcelone sur le toit de l’Europe et du monde, les dirigeants mancuniens lui avaient également réservé un mercato à plus de 200 M€ (Jesus, Sané, Gundogan, Stones, Nolito, Bravo) en guise de cadeau de bienvenue.

Neuf mois plus tard, le bilan du Catalan est loin d’être rayonnant. Certes, l’adaptation à un championnat comme la Premier League est un élément à prendre en compte, mais cette saison a été celle des grandes premières pour Guardiola. Des premières dont se serait bien passé Guardiola. En Ligue des Champions tout d’abord. Éliminé en huitième de finale par l’AS Monaco (5-3, 1-3), Guardiola n’avait jamais subi un tel affront à ce stade de la compétition depuis qu’il est entraîneur d’une équipe professionnelle. Et ce n’est pas tout.

De tristes premières pour Guardiola

Battus par Arsenal en demi-finale de la FA Cup (1-2) alors qu’ils menaient au score, les Citizens sont désormais assurés de terminer la saison sans le moindre trophée remporté. Et là encore, c’est une première pour Guardiola. Jamais ce dernier n’avait connu une telle disette, lui qui a glané 14 trophées avec le Barça (de 2008 à 2012) et 7 avec le Bayern Munich (de 2013 à 2016). Un triste constat que certains pourront justifier par la présence de concurrents plus nombreux et plus coriaces dans les compétitions nationales anglaises.

Mais là encore, le bilan du City version Guardiola est peu reluisant contre les autres ténors. Outre les matches de la phase aller contre MU (2-1) et Arsenal (2-1) lors desquels les Citizens ont su tirer leur épingle du jeu, les autres confrontations n’ont jamais été en leur faveur (1 défaite, 1 nul contre Tottenham ; 2 défaites contre Chelsea ; 1 nul, 1 défaite face à Liverpool et une élimination en coupe de la Ligue par MU). Un fait qui a de quoi inquiéter en vue de la fin de la saison au moment de jeter un œil au classement de Premier League. Quatrième du classement avec 64 points, Manchester City ne possède que deux unités d’avance sur Manchester United. En clair, les Skyblues ne sont même pas assurés de participer à la prochaine édition de la Ligue des Champions. D’autant que jeudi prochain se profile un City-United à l’Etihad (match en retard de la 26e journée) qui s’annonce explosif.

« Nous avons trois ou quatre jours pour récupérer. Aujourd’hui (hier, ndlr) nous sommes tristes, mais nous allons nous relever le plus vite possible. Nous avons essayé de changer beaucoup de choses. Nous progresserons la saison prochaine et nous serons plus forts. Les équipes n’ont pas à s’employer énormément pour nous marquer des buts et nous avons des problèmes pour en marquer, même si nous jouons de la manière dont nous voulons », a indiqué Guardiola à l’issue du match d’hier. Sous la menace des Red Devils, les Citizens, qui ont comme MU deux matches de retard à jouer, sont donc dans l’obligation de réaliser un sans-faute. Car la réputation de Guardiola ne devrait pas suffire à calmer les critiques au cas où Man City finit éjecté du Big Four. Ce qui serait une première depuis la saison 2010/2011.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10