Mesut Özil vit une saison compliquée à Arsenal, lui qui est souvent mis de côté par son entraîneur Unai Emery, n’ayant joué que 14 matches cette année en Premier League. Il n’était même pas dans le groupe des Gunners lors des deux dernières rencontres du club londonien (contre Huddersfield en championnat et le BATE Borisov en Ligue Europa). Son ex-entraîneur Arsène Wenger, qui avait beaucoup joué dans la prolongation de contrat de l’Allemand en février 2018 (son bail expire désormais en 2021), est revenu sur la passe difficile du milieu offensif, qu’il critique pour son manque d’efforts : « Je pense que la durée du contrat n’a rien à voir avec la sélection de l’équipe, a confié Wenger, dans des propos relayés par The Guardian. Mais parfois, il y a des cas spéciaux. La plupart du temps, nous pensons que lorsque nous engageons un joueur pendant cinq ans, nous avons un bon joueur pendant cinq ans. »

« Mais cela ne signifie pas nécessairement qu’ils jouent de leur mieux. Parce qu’ils pourraient être dans leur zone de confort. Özil a un contrat mais le problème est que, si vous voulez acheter un joueur comme lui, vous devez dépenser 100 millions de livres, a continué l’Alsacien. Et pour maintenir la valeur du joueur, au-delà du cas Özil, il s’agit davantage de la manière dont le football est structuré. Pour acheter des joueurs de très haut niveau, vous avez besoin de 100 millions de livres. La décision que vous devez prendre est donc soit de faire prolonger le joueur, ce qui ne coûte rien, ou bien d’en acheter un nouveau, mais en avez-vous les moyens ? »