C’est une information un peu surprenante qu’a révélé Le Parisien hier. Selon les informations du quotidien francilien, Dmitri Rybolovlev, le président de l’AS Monaco, ne peut pas totalement faire ce qu’il veut de son argent investi sur le Rocher. Bien qu’il dispose de deux tiers des parts de Monaco, une clause signée avec l’association sportive du club, qui possède le dernier tiers, l’oblige à attendre sept ans avant de pouvoir retirer l’argent qu’il a injecté chez les Asémistes, pour une somme identique. Pour prendre un exemple, lui qui a racheté l’ASM en décembre 2011, il ne peut que depuis décembre 2018 (soit sept ans après) retirer 30 M€ des caisses du club, ce qui correspond à la somme qu’il avait investie à l’époque. Et il ne pourra récupérer les grosses dépenses de l’été 2013 (environ 160 M€) qu’en 2020.

« Cette clause a été insérée de façon à ce que le Palais puisse contrôler les flux financiers entre le club et son actionnaire majoritaire, a expliqué un connaisseur du dossier au Parisien. C’est aussi une manière de limiter l’endettement du club vis-à-vis de son propriétaire. » L’information a ensuite été confirmée par le club monégasque.