Cet été, Gaëtan Laborde a quitté Bordeaux pour rejoindre Montpellier. Une décision qui a fait exploser Gustavo Poyet. En conférence de presse, l’Uruguayen avait indiqué ne pas être au courant du départ de l’attaquant. Discret depuis son arrivée dans l’Hérault, Laborde est sorti du silence lors de l’émission Le Vestiaire sur RMC Sport 1. « C’est compliqué de le dire (si Poyet était au courant de son départ). J’ai eu l’accord du président pour partir, la veille, vers 16h30, 17h. J’ai trouvé un accord avec Montpellier. Le club a trouvé un accord avec Montpellier. A partir de là, ça veut dire des choses. Le club n’accepte pas une offre comme ça. Vingt-quatre heures après, je suis à Montpellier. J’ai eu l’accord du président, je suis parti ».

Il a poursuivi : « Le coach (Poyet) m’a appelé le lendemain vers midi, ajoute l’attaquant. J’ai déjà eu un dirigeant du club qui m’a appelé, qui m’a demandé où j’étais et ce que je faisais à Montpellier. "J’ai trouvé un accord, normalement si tout se passe bien, je signe là-bas", je lui ai répondu. Une demi-heure après, le coach m’appelle, me demande qui, au club, m’a autorisé à partir. Je lui ai passé mon agent au téléphone. C’est lui qui avait eu le président ». Laborde a ensuite précisé : « Je pense que ça a été clair pendant la préparation qu’il voulait que je parte, estime le nouvel attaquant héraultais. Quand tu mets Younousse (Sankharé, ndlr) avant-centre plusieurs matchs… il ne voulait pas me garder. Après, j’ai joué, j’ai marqué, ça a peut-être changé à ce moment-là. Maintenant, à partir du moment où le club accepte l’offre, cela veut dire que le club ne te veut plus vraiment. Tu n’acceptes pas une offre si tu veux vraiment garder le joueur. Les paroles, c’est très facile. A un moment, ce sont les actes qui comptent et pendant la préparation, c’était assez clair ».