En février dernier, le gardien de Chelsea, Kepa Arrizabalaga, s’était illustré de manière bien triste, lorsqu’il avait refusé de quitter le terrain en finale de la Carabao Cup contre Manchester City (0-0, 4 t.a.b. à 3), alors que son entraîneur voulait le remplacer par Willy Caballero. Le portier espagnol est revenu sur cette polémique, qui avait fait couler beaucoup d’encre outre-Manche, assurant regretter son comportement ce jour-là : « C’était aux informations dans le monde entier, a confié Kepa avec un sourire penaud au Daily Mail. Les gens en parlaient et parlaient mal. Il est normal que les gens parlent. Mon père m’a parlé après notre retour à la maison, mais il n’avait pas besoin de me dire grand-chose. À ce moment-là, j’ai réalisé ce que j’avais fait et il ne restait plus rien à dire. Ce fut une semaine difficile. C’est arrivé dimanche. Mercredi, je n’ai pas joué contre Tottenham (Maurizio Sarri avait décidé de le laisser sur le banc en guise de sanction, ndlr), puis je suis retourné jouer contre Fulham. J’ai accepté les propos du manager et du club, et j’ai réalisé que je ne jouerai pas au prochain match. J’étais juste derrière Willy (Caballero) et l’ai soutenu, ainsi que l’équipe, autant que j’ai pu. C’était la seule chose que je pouvais faire. »

« C’est quelque chose que j’ai fait dans le feu de l’action, a poursuivi le gardien le plus cher de l’histoire du football (acheté 80 M€ par Chelsea). C’est quelque chose dont je ne suis pas très fier. C’est un moment difficile dont j’ai tiré les leçons et dont je tire toujours les leçons. Maintenant, il est temps que je regarde en avant. J’ai dit que j’étais désolé. Le football continue. Nous faisons tous des erreurs. La seule chose que je voulais dire sur le terrain, c’est que je n’étais pas blessé et que je pouvais continuer. Je ne pensais pas aux sanctions. Je n’étais pas totalement au courant de tout ce qui s’était passé. Ce n’est que lorsque j’ai jeté un regard en arrière pour la première fois sur les images que j’ai réalisé. Je l’ai vu d’un point de vue différent. Jusque-là, c’était comme si j’étais dans une bulle et que je n’étais pas conscient de ce qui se passait. J’ai commencé à tout voir lorsque je suis rentré chez moi pour la première fois et que j’ai vu la vidéo. C’était la première fois que je réalisais ce qui s’était passé. J’ai appris une leçon et la prochaine fois, ce sera différent. Quand on me demandera de sortir du terrain, je sortirai. »

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10