En France, l’expulsion d’Edinson Cavani, coupable d’avoir touché M. Rainville lors de Lens-PSG, a fait couler beaucoup d’encre. Mais ce fait de jeu est loin d’être un cas isolé, comme en témoigne la mésaventure de Walid Soliman, surnommé « le Messi égyptien. »

Coupable d’un tacle trop appuyé, le joueur d’Al Ahly reçoit un deuxième avertissement et se retrouve donc expulsé. Fou de rage, il s’en va crier sa frustration à l’arbitre et accroche le maillot de l’homme en noir, le soulevant au passage. Résultat, quatre matches de suspension et 5000 livres égyptiennes (500 € environ) d’amende.