Décidément la journée de Jean-Michel Aulas et de Pascal Dupraz n’aura pas été de tout repos. C’est le second qui a allumé la mèche en premier lieu lors de la conférence de presse d’avant match. L’entraîneur de Toulouse avait indiqué que l’omnipotence d’Aulas sur les réseaux sociaux influait même les décisions des arbitres. La réponse du président lyonnais n’avait pas tardé, sur Twitter évidemment, s’en prenant même à la santé de Dupraz. « C’est l’hôpital qui se fout de la charité, la compétence en moins. Pas très sympa monsieur Dupraz, reprenez-vous, maîtrisez-vous, vous aurez moins de malaises et plus de résultats. »

Une dernière réplique qui n’a pas plu à grand monde. Le coach toulousain a de nouveau réagi aux propos de son adversaire du jour après la défaite de son équipe à Montpellier. « Je complimentais Jean-Michel Aulas, je ne suis pas le seul à le complimenter. On sait ce qu’il a fait. Après lui, il répond méchamment. C’est l’oligarque du foot et moi je suis un serf. Mais Jean-Michel Aulas ne me fera pas taire. J’ai envie de dire ce que j’ai envie de dire, d’autant que franchement je disais ce que je ressentais, à savoir que c’est un grand président. Je disais qu’il a avait une large propension à beaucoup tweeter. Apparemment c’est ce qui l’a énervé. Il est allé jusqu’à se moquer de ma santé. C’est bas. C’est bas et c’est méchant. Mais bon l’affaire est close. De temps à autre il m’arrivait de recevoir des textos de M. Aulas, on semblait avoir des rapports cordiaux. On mettra ça sur le compte de l’âge. » On attend la nouvelle réponse d’Aulas...