La nouvelle est tombée cet après-midi. Après avoir insulté le corps arbitral du match Paris Saint-Germain-Manchester United suite au penalty accordé aux Red Devils en toute fin de match, Neymar a vu l’UEFA se saisir de l’affaire. Et contrairement à Cristiano Ronaldo, lui aussi rattrapé par la patrouille, le Brésilien risque une sanction bien plus lourde. En effet, lorsque l’instance dirigeante du football européen avait annoncé enquêter sur la célébration très virile du joueur de la Juventus, la presse italienne avait souligné que l’article 15 n’avait pas été mentionné dans le rapport de l’UEFA. Ce qui assurait quasiment au Portugais l’absence de suspension automatique prévue dans ce point du réglement et donc une simple amende (ce qui a été confirmé par la suite).

Or dans le cas de Neymar, l’UEFA stipule dans son communiqué que l’international auriverde est accusé d’avoir enfreint les règles de l’article 15 (1) (d). Et en jetant un oeil sur les sanctions prévues dans ce cas précis, il est écrit qu’une suspension minimale de trois matches (pour toute compétition de l’UEFA) est applicable en cas d’insulte envers un officiel de match. Et au vu du message posté par le numéro 10 parisien sur les réseaux sociaux, ce dernier a de quoi s’inquiéter. D’autant que, pour rappel, Serge Aurier avait écopé de trois matches de suspension en mars 2015 après avoir insulté l’arbitre du match Chelsea-PSG sur les réseaux sociaux. Plus récemment, Gianluigi Buffon avait écopé de la même sanction après son quart de finale retour de Ligue des Champions face au Real Madrid l’an dernier (l’Italien avait tenu lui aussi des propos déplacés envers l’arbitre). Neymar sera-t-il logé à la même enseigne ? Affaire à suivre.