Ce vendredi matin, la presse anglaise relatait qu’une cinquantaine de fans du Paris Saint-Germain avait été recalé par la police pour le rendez-vous contre Chelsea en huitième de finale aller de Ligue des Champions féminine (2-0). Ces derniers avaient en leur possession des armes dont des couteaux, des poings américains et des drogues de classe A dans leur car selon la presse anglaise. Mais ce vendredi, le club parisien a riposté dans un communiqué.

« Nous répétons que les autorités locales n’ont apporté aucune preuve de faits répréhensibles, à tout le moins aucun fait font la gravité serait de nature à justifier une telle interdiction d’assister au match. Tous nos supporters ont été fouillés et, si ces fouilles ou des faits quelconques avaient relevé du droit pénal, nous pouvons imaginer que le ou les supporters concernés n’auraient pas pu quitter le territoire britannique sans être inquiétés. Étonnamment, nous relevons que le club de Chelsea, dès le matin du match, ne souhaitait pas la présence de nos supporters, arguant de dégradations supposées au stade qui sont pourtant, d’après des témoignages locaux, antérieures à l’arrivée de nos fans à Londres... », a ainsi communiqué le club.