Célèbre pour son franc-parler, le président du Napoli, Aurelio De Laurentiis s’est payé le rival de l’AS Roma dans une interview pour le Corriere della Sera. Le producteur de cinéma a insinué un conflit d’intérêts entre la Roma et la Juventus : « Je n’aurais pas vendu Alisson, pas même pour cent millions d’euros. Moi-même, j’en avais proposé soixante pour lui mais la Roma ne voulait pas me le vendre, lance le dirigeant napolitain. J’ai tout de suite compris qu’il irait à Liverpool… Du coup, ça sème le doute. Mon petit oiseau me l’a soufflé à l’oreille il y a quelques années : le véritable propriétaire de Liverpool est aussi celui de Rome. Et si c’est vrai, puisqu’ils seraient une propriété partagée, ils ne pourraient pas disputer la Champion’s League ! » 

Des déclarations qui tiennent leur teneur en l’étroit rapport le Fenway Sports Group qui détient Liverpool et Thomas Di Benedetto, le propriétaire de l’AS Roma. La réponse de l’AS Roma ne s’est cependant pas fait entendre et James Palotta a immédiatement rétorqué à ces attaques via les réseaux sociaux : « Qu’est-ce que tu fumes De Laurentiis à Naples ? Si vous partagez avec cet oiseau, il vous dira peut-être que nous sommes aussi propriétaires de Barcelone et du Bayern ... » Une réaction sous le coup de la colère qui peut s’expliquer par les régulières prises de paroles d’Aurelio De Laurentiis à l’encontre de la Roma.