En France, l’hypothèse de devoir annuler la suite du championnat de France a été abordée par Jean-Michel Aulas. Le président de l’OL avait alors confié qu’il n’était pas partisan de tout arrêter et de prendre en compte le classement actuel (arrêté à la 28e journée). En Espagne, le président de la fédération (RFEF), Luis Rubiales, a lui aussi fait savoir qu’il n’est pas pour ce genre d’idée si un tel scénario devait se produire.

« Le premier scénario serait de terminer la compétition avant le 30 juin, peu importe comment. Mais je ne peux rien garantir. Nous serins très rigoureux. Si ça ne peut pas se faire comme ça, il a été dit qu’on arrêtait tout, en se basant sur le classement actuel (avec le Barça en tête donc). Mais je peux déjà vous dire que ce serait une injustice de terminer de cette façon. Une incroyable injustice. Le classement actuel ne sera pas le classement final », a-t-il confié en conférence de presse.