Le FC Nantes ne digère pas. Le 21 septembre dernier, Imran Louza assistait en tant que spectateur à la rencontre opposant Orvault et Mayenne. A l’occasion de cette partie, le Canari était entré sur le terrain (pendant un arrêt de jeu) pour venir réconforter son meilleur ami victime d’une double fracture tibia-péroné. Invité par le délégué du match à quitter la pelouse, le Nantais est accusé d’avoir répondu par des propos blessants. Résultats : Louza a écopé d’une lourde sanction, à savoir quatre matches de suspension, dont un avec sursis. Le FCN a fait appel de cette décision, et ce midi, Christian Gourcuff a démarré sa conférence de presse en poussant un coup de gueule.

« Je voudrais revenir sur la suspension de Louza qui est surréaliste. C’est incroyable. Je connais Imran depuis deux mois. C’est un garçon qui est correct. Quand on raconte les faits, c’est une question de bons sens, d’humanité. C’est aberrant d’être sanctionné pour des faits de ce type. Porter soutien à un ami qui a une double fracture. Deuxième chose, c’est qu’on peut avoir une personne qui est déconnectée de la vie. Les instances décident d’une telle sanction. il y a un fonctionnement qui est un peu bizarre dans le fonctionnement de la justice. Imran a joué avec l’équipe de France cette semaine. Ça porte préjudice au FCN, la fédération suspend un joueur mais l’utilise dans ses équipes. Pour moi, ce n’est pas de la justice. Il y a un sentiment d’injustice très profond et c’est pas comme ça qu’on règle les choses ». C’est dit.