Il y’a des jours qui ne se passent pas comme prévu. Hier, Pro Piacenza s’était lourdement incliné face à Cuneo (20-0). Un résultat impressionnant dans l’histoire du football professionnel italien. En effet, les championnats professionnels transalpins n’avaient pas connu un score aussi impressionnant depuis Brescia-Ancona (12-0) lors de la saison 1950/1951. En liquidation judiciaire, le club d’Émilie-Romagne n’a pu aligner que sept joueurs sur la pelouse suite à de nombreux impayés. Un huitième élément est entré en jeu en lieu et place du kiné - qui était victime de crampes - après que son père lui ait retrouvé sa licence. Un scénario surréaliste lourd de conséquences pour le club de Serie C. En effet, le club a été exclu de son championnat et tous ses résultats depuis le début de la saison ont été annulés.

« Nous travaillons sur des réformes, mais pour éviter ces situations, aucune réforme n’était nécessaire. L’affaire Matera (autre club exclu pour problèmes financiers ndlr), l’affaire Pro Piacenza , aurait existé si, lors de l’enregistrement du championnat, les dirigeants de la Fédération à cette époque avaient respecté les règles : garantie non garantie = exclusion du championnat. Ils ont ensuite eu la chance de le réparer et ils ne l’ont pas fait. Il aurait suffi de définir un processus clair pour les substitutions, définissant les sanctions (qui auraient dû être l’exclusion demandée par nous) et les délais d’expiration qui, s’ils n’étaient pas respectés, auraient conduit de manière non équivoque à l’exclusion. Aujourd’hui, le juge sportif a pris la décision la plus correcte possible. Les violations perpétrées contre le système sont nombreuses et ne peuvent aboutir qu’à une conclusion à laquelle le juge sportif est arrivé » a expliqué le président de la Lega Pro Francesco Ghirelli.