Depuis que le Paris Saint-Germain a été racheté par les Qataris de QSI, le président de l’Olympique Lyonnais, Jean-Michel Aulas, adore lancer des piques au club de la capitale. La raison est toute simple : JMA estime que le PSG dérègle complètement le football français grâce à ses finances gonflées par l’Etat qatari. Mais le patron des Gones ne perd pas espoir. Interrogé sur la manière de réduire l’écart avec Paris, Aulas espère pouvoir arriver à ses fins d’ici trois ans.

« Je pense qu’avec le fair-play financier et une réflexion au niveau de la France et de la DNCG, un certain nombre de règles viendront bientôt réguler de manière plus importante cet écart. C’est tout l’écosystème du football français qui est en danger. Si le premier budget du championnat est de l’ordre de 850 millions, le suivant d’entre 300 et 400 millions, pour une moyenne des clubs à 60 millions, nous sommes face à un modèle économique qui peut avoir des conséquences dangereuses à moyen terme. Ainsi, je pense qu’il y aura des effets de régulations sur le plan européen comme sur le plan français, et nous pouvons imaginer en bénéficier et combler le retard dans les trois années qui viennent. D’autant que le PSG devrait aussi, dans le futur, tenir compte de la qualité des joueurs formés en France : une partie des moyens mis à disposition du club parisien pourrait alors profiter aux clubs nationaux, dont Lyon », a-t-il confié au blog gregorymorris.com, dans le cadre d’une interview accordée à Cercle Finance.