Cette saison, le Paris Saint-Germain s’appuie notamment sur le jeune Moussa Diaby. Un élément qui s’est longuement confié au site officiel du club de la capitale. L’occasion pour lui de dire tout ce que le PSG représente pour lui. « Je viens de Paris, j’ai toujours habité à Paris, et je joue pour Paris. J’ai beaucoup de gens derrière moi. Je leur suis reconnaissant. C’est important pour moi, ma famille, mes proches. Le numéro 27 ? Je l’ai pris parce qu’il était libre, et parce que j’habitais à ce numéro dans mon ancien quartier. C’est une manière de dire que je ne les oublie pas. Un modèle quand j’étais petit ? J’aimais beaucoup la façon de jouer de Pauleta. J’avais un maillot floqué à son nom ! »

Puis il a fait le bilan de sa première moitié de saison. « Il y avait un nouvel entraîneur. Au début de la saison, je souhaitais partir en prêt. Le coach et moi avons discuté. Il ne voulait pas que je parte, m’a dit que j’allais avoir du temps de jeu, qu’il me faisait confiance et qu’il appréciait ma façon de jouer. Quand votre entraîneur vous dit cela, cela vous rassure. Après, ce n’est pas parce qu’il m’a tenu ce discours qu’il ne fallait pas travailler. J’ai fait de mon mieux à l’entraînement. Quand il me met sur le terrain, j’essaye de lui rendre cette confiance en faisant de bons matches et en étant décisif. Pour l’instant, c’est le cas. J’espère que cela va continuer, et que je continuerais à aider l’équipe. » Enfin, celui qui marqué deux buts et délivré cinq passes décisives en Ligue 1 cette saison a précisé : « Honnêtement, non ! Je ne m’attendais déjà pas à disputer autant de matches. Pour l’instant, tout se passe bien. J’étais vraiment content de marquer mon premier but, en plus au Parc des Princes. J’avais alors joué la deuxième période contre Saint-Étienne, et mes coéquipiers m’avaient mis à l’aise. Si je fais tout cela, c’est aussi grâce à eux. Thiago Silva notamment, qui met à l’aise tous les jeunes et joue bien son rôle de capitaine. Neymar ? Il donne beaucoup de conseils. Quand ils viennent d’un joueur comme lui, cela ne peut que faire du bien. Après, j’essaye d’écouter et d’appliquer les consignes. Les autres jouent aussi leur rôle de grands frères. L’ambiance est toujours positive. On rigole beaucoup, on s’entend tous bien. Cela se passe bien dans le vestiaire comme en dehors. »