Condamné en novembre à 9 ans de prison pour viol en réunion d’une jeune albanaise de 22 ans en 2013, le joueur a fait appel. Mais le mal est fait. Santos, le club formateur de Robinho (33 ans), aurait songé à ne plus le rapatrier. Dans une interview à ESPN dont Mundo Deportivo relaye quelques extraits, José Carlos Peres, le président du club auriverde, a expliqué pourquoi l’actuel ailier de l’Atlético Mineiro n’est plus à acheter. Un souci d’éthique :

«  J’espère que Robinho est innocent. Nous ne pouvons pas le massacrer car son procès est encore en cours. Il a le droit de se défendre. Qui suis-je pour le juger ? A l’avenir, peut-être que nous lui proposeront un contrat. Mais aujourd’hui, il n’y a pas de négociations. Nous recherchons des joueurs avec une bonne image au Brésil et à l’étranger. Aujourd’hui, Robinho ne remplit pas ces conditions. Il ne peut porter le maillot de Santos. Quant à moi, je ne lui avais rien promis par le passé. »