À 25 ans, Jan Oblak est aujourd’hui considéré comme l’un des trois meilleurs gardiens du monde. À Madrid, l’Atlético fait d’ailleurs tout pour le choyer, même si le dossier de sa prolongation traîne encore. En revanche, l’histoire n’est pas la même entre le portier slovène et son équipe nationale. En froid avec son sélectionneur, Tomaz Kavcic, le Colchonero a refusé de rejoindre la sélection slovène pour la trêve internationale. Ce qui a fortement déplu à son coach.

« Qu’est-ce que vous me demandez ? Ici c’est la sélection ! Pourquoi me posez-vous la question ? Vous jouez en équipe nationale ? Quel est le message envoyé ? Pour moi, je ne suis pas coupable, peut-être que je serai plus là, mais je ne suis pas le coupable. J’ai besoin de lui (Oblak), toutes les portes sont ouvertes, mais je veux parler aux personnes face à face, sauf qu’il ne me parle pas. Très bien, il se trompe. Je connais ce gamin depuis qu’il a 16 ans. Quelle tristesse... C’est l’un de mes échecs personnels. Je n’ai jamais parlé (à son sujet) et il a dit des mensonges depuis Madrid, sans avoir parlé avec moi », a-t-il déclaré en conférence de presse... avant de se faire officiellement remercier par la fédération slovène.