Gianni Infantino, président de la FIFA, se trouve sous le feu des projecteurs pour des affaires de paris truqués en Turquie qui remontent à la saison 2010-11 qui avait vu Fenerbahçe remporté le titre grâce à la différence de buts devant Trabzonspor. Le club stambouliote avait été pointé du doigt, et son président, Aziz Yildirim, avait été condamné à six années et trois mois de prison (acquitté finalement en octobre 2015). Dans ces affaires de paris truqués, Gianni Infantino est soupçonné d’avoir fait preuve de laxisme lorsqu’il était secrétaire général de la FIFA et d’avoir protégé Fenerbahce.

The Guardian souligne un échange douteux entre Infantino et la fédération turque, autorisant le championnat turc de changer ses règles pour favoriser Fenerbahce qui, normalement, aurait dû être sévèrement puni (la relégation envisagée) pour les accusations de paris truqués. « Nous pouvons dire, au nom de l’UEFA , que votre proposition apparaît constituer une réponse raisonnable, proportionnée et appropriée pour régler cette question. Nous croyons aussi que vous serez en mesure de mettre en place rapidement les sanctions proposées », avait lancé le Suisse. Furieux, Trabzonspor avait saisi, en juillet dernier, les instances disciplinaires de la FIFA afin de récupérer le "titre volé". Tout ça en vain, pour le moment...