Le 6 novembre dernier, l’AS Monaco recevait le Club de Bruges en Ligue des Champions. Un match crucial qui permettait au vainqueur de prendre une option pour être reversé en Europa League. Malgré une belle entame des hommes de Thierry Henry, les Belges prennent à revers leur adversaire et s’imposent 4-0. Un succès précieux qui est symbolisé par un homme : Hans Vanaken. Le milieu belge a ouvert le score d’une belle frappe enroulé et s’est offert un doublé sur un penalty qu’il a provoqué. Une prestation solide de sa part, mais pas surprenante. Depuis le début de la saison, le natif de Neerpelt marche sur l’eau.

Cette trajectoire est aussi surprenante qu’impressionnante. Formé à Lommel, il franchit les étapes et s’engage avec le KSC Lokeren en 2013. Très bon pendant ces deux premières années au sein de l’élite belge, le milieu de terrain inscrit la bagatelle de 19 buts et 18 passes décisives en 74 rencontres de Jupiler League et tape dans l’œil du Club de Bruges. Les Gazelles n’hésitent pas à investir quatre millions d’euros. S’il se montre rapidement indispensable, il reste dans l’ombre de Ruud Vormer. Plus expérimenté, ce dernier est le maître du tempo du Club de Bruges et Hans Vanaken joue le rôle du fidèle lieutenant. Pourtant, les choses sont en train d’évoluer.

Roberto Martinez sous son charme

Parfois critiqué pour son style atypique et une supposée lenteur, ce colosse de 1m94 n’a pas cessé de progresser lors de ses saisons au Club de Bruges. Éblouissant depuis la fin du mois de juillet, il comptabilise 10 buts et 14 passes décisives en 29 rencontres et a pris les rênes du jeu de son club. Devenu le maître à jouer des Blauw en Zwart (bleu et noir), il a remporter le titre de Soulier d’Or Belge qui récompense le meilleur joueur de Jupiler League lors d’une année civile. Il imite ainsi Jan Koller, Vincent Kompany, Aruna Dindane, Axel Witsel ou encore Thorgan Hazard. Appelé en sélection belge en septembre dernier, il est revenu sur sa grande forme : « le football va bien pour moi en ce moment. Je suis dans la forme de ma vie. Je ne peux pas expliquer ces bonnes statistiques. Tout se passe bien, n’est-ce pas ? Ce sont des périodes. Regarde Ruud Vormer. La saison passée, ses statistiques avaient explosé »

Même s’il évolue dans un championnat moins compétitif que la plupart de ses coéquipiers de la sélection belge, il ne fait pas preuve de complexes et impressionne Roberto Martinez. Interrogé par Het Laatste Nieuws, le sélectionneur n’a pas manqué de complimenter le joueur du Club de Bruges : « Hans est le joueur qui a le plus progressé en Jupiler Pro League au cours des deux dernières années. Hans a un excellent contrôle de balle et une belle technique. Il veut toujours le ballon et peut faire la différence dans la surface. La maturité avec laquelle il joue au football est impressionnante et depuis sa première sélection en équipe nationale, il a assumé de nouvelles responsabilités au Club de Bruges et je le vois grandir de plus en plus avec les Diables. »

« Au début, Hans était timide, parce qu’il est un garçon décontracté qui ne demande pas d’attention. Mais Hans s’est rapidement adapté et m’a impressionné. Sa première sélection a été un tournant dans sa carrière, je pense » a-t-il lâché. Une véritable déclaration d’amour bien rendu sur le terrain par Hans Vanaken. Meilleur passeur d’Europe cette saison (il fait aussi bien que Miralem Sulejmani des Young Boys de Berne), le joueur de 26 ans permet au Club de Bruges de maintenir l’écart en championnat avec Genk. Tenant du titre, le club de la Venise du Nord est également en course en Europa League. Les Gazelles affronteront le FC Salzbourg en seizièmes de finale. Suivi notamment par le Borussia Dortmund, Hans Vanaken risque bien de quitter le Club de Bruges cet été. En attendant, le milieu de terrain a encore de nombreuses occasions de briller sur les pelouses belges et européennes.