Il y a eu du changement au LOSC à l’intersaison. René Girard parti, place à Hervé Renard sur le banc de touche des Dogues. Un entraîneur qui, en collaboration avec sa direction, a opéré de nombreux changements au sein de l’effectif, les Bauthéac, Civelli, Amadou, Guirassy, et autre Obbadi arrivant au Domaine de Luchin, quand Kjaer ou Gueye ont eux mis les voiles, imité aussi par David Rozehnal. Ce dernier, 35 printemps au compteur, a été contraint de quitter le Stade Pierre Mauroy, les Nordistes préférant conclure là l’aventure avec l’international tchèque :

« Quitter la France n’était pas facile, car j’étais heureux à Lille, où j’ai passé cinq saisons. On a gagné le championnat, la Coupe de France, on a disputé la Ligue des Champions, la Ligue Europa. C’était une surprise pour moi de devoir partir, mais c’est le football, le club a pris une décision stratégique que je me devais de respecter », nous confie l’ancien joueur du Paris Saint-Germain, ayant accepté la décision avec philosophie. Laissé libre, le défenseur central n’a d’ailleurs pas tardé à trouver preneur, lui qui s’est engagé avec les Belges d’Ostende :

Rozehnal pas contre un retour en France

« C’est un nouveau challenge pour moi, je suis prêt pour faire de belles choses en Belgique. J’aime bien le projet du club, et puis ce n’est pas loin de Lille donc je peux continuer à y habiter avec ma famille. J’ai discuté avec le coach, le président, qui m’ont montré leurs ambitions sur le plus long terme. Le club veut devenir grand en Belgique, donc c’est intéressant de venir ici pour aider, et aussi jouer un peu plus », savoure celui qui, depuis trois semaines, a eu le temps de s’acclimater : « Je suis content d’être ici, même si les deux premières semaines étaient un peu difficiles car j’ai dû faire tout de suite le stage de pré-saison avec beaucoup d’entraînements. Là, on joue plus, on fait plus de tactique, car on fait notre premier match de compétition la semaine prochaine ».

Gonflé à bloc, Rozehnal envisage l’avenir sereinement, et se penche déjà sur son après-carrière : « Revenir en France après ma carrière ? Ça, c’est une bonne question (rires) ! Honnêtement, je ne sais pas encore, mais il est clair qu’on aime bien le pays, la région. Je ne peux pas dire non, pourquoi pas. Dans ma tête, je me vois revenir en République Tchèque, mais ça peut changer d’ici là. Et puis si j’ai une proposition de Lille pour faire quelque chose, pourquoi pas. On aime la ville, le club, on a passé les cinq dernières années ici, sans compter deux années à Paris. La France, ça reste à part pour nous ». Voilà qui est dit.