Coup de tonnerre en Belgique ! Depuis ce mercredi matin, la Jupiler Pro League est dans le viseur de la justice pour une affaire de fraudes présumée. Le parquet fédéral a annoncé via un communiqué officiel une opération de grande envergure, avec 44 perquisitions dans le Plat pays et 13 à l’étranger - en France, au Luxembourg, à Chypre, au Monténégro, en Serbie et en Macédoine. Plus de 200 policiers sont mobilisés pour faire la lumière sur « des indications de transactions financières suspectes dans la division 1A de football ». De quoi s’agit-il exactement ? Le parquet l’a précisé.

« Certains agents de joueurs, indépendamment les uns des autres, auraient mis en place ces transactions. Elles dissimulaient, aux autorités belges et aux autres parties impliquées, des commissions. Des commissions qui portaient sur les transferts de joueurs, sur les salaires de joueurs et d’entraîneurs ainsi que d’autres paiements. Au cours de l’enquête, des indications d’influence possible sur les matches de la saison de compétition 2017-2018 sont apparues. Le parquet fédéral a alors demandé au juge d’instruction d’étendre son instruction à ces faits », peut-on lire, relayé par la RTBF ou encore Sky Sports.

Soupçons de matches truqués et d’arrangements...

Conséquence : des perquisitions ont notamment été menées à Anderlecht, à Bruges, au Standard et à Courtrai. Le RSCA a même publié un communiqué officiel sur son site pour s’expliquer. « La police fédérale a effectué aujourd’hui une perquisition au RSC Anderlecht. Cette action cadre dans une enquête judiciaire concernant les pratiques de certains agents de joueurs. Le club collabore pleinement à l’enquête et ne fera aucun autre commentaire », ont lancé les Mauves, dont l’ancien manager Herman van Holsbeeck a notamment été interpellé. L’influent agent Mogi Bayat est lui aussi écouté par la justice, tout comme Ivan Leko, entraîneur croate du FC Bruges champion en 2018, et son représentant Dejan Veljkovic, révèle la RTBF.

Pire encore, Bart Vertenten, arbitre du dernier choc entre le Standard et Bruges (3-1), et Sébastien Delferiere, lui aussi homme en noir, ont eux aussi été interpellés. Deux auditions qui laissent planer le doute sur d’éventuels matches truqués lors du dernier exercice de Jupiler Pro League... « Pour l’instant, je suis tout via les médias, je ne peux donc rien confirmer, déclare Johan Verbist. Je n’ai pas encore pu contacter les arbitres dont les noms circulent. S’ils ont effectivement été privés de liberté, il est logique qu’ils ne puissent pas répondre. Je vais suivre le dossier », a confié Johan Verbist, patron des arbitres à l’Union belge de football (URBSFA). L’issue de cette affaire pourrait bien faire du bruit et des dégâts en Belgique comme ailleurs...