On ne peut pas vraiment dire que Vincent Kompany (33 ans) vit des débuts rêvés dans sa nouvelle vie d’entraîneur-joueur avec Anderlecht. Le championnat a déjà démarré depuis quatre journées mais le mythique club belge n’a toujours pas enregistré sa première victoire. Le bilan est même bien triste avec deux points pris seulement sur 12 possibles. La peur de vivre une saison catastrophique comme l’an dernier ne se profile pas encore, d’autant qu’il y a du mieux sur le terrain, cependant le retard commence à s’accumuler sur les concurrents.

La défaite 4-2 face à Courtrai samedi est certes décevante sur le plan comptable mais les effets de l’entraînement commencent à se faire sentir. Menant à la pause grâce au premier but de Samir Nasri sous ses nouvelles couleurs, les Mauves montraient un visage séduisant. Dominateurs, ils contrôlaient parfaitement les débats, parvenaient à gérer les petits temps forts adverses et se procuraient pas mal de situations. Bruzzese préservait même son but devant Kiese Thelin puis Nasri. Sur le côté droit, le nouveau venu Nacer Chadli faisait beaucoup de bien dans le couloir droit.

Le rôle de Kompany déjà remis en cause, Nasri doit faire mieux

Puis patatras, le jeu des Bruxellois s’est complètement délité en seconde période avec pas moins de 4 buts encaissés en moins de 40 minutes. Inefficace en défense, Vincent Kompany en personne a connu des problèmes de marquage et effectué une mauvaise relance qui a offert le 4e but de ses adversaires. « Ce match est un peu le résumé de notre début de saison. Je prends tous les buts pour moi, complètement, assumait le capitaine. On a dominé en première mi-temps. On a eu des occasions. On a fait exactement ce qu’on avait demandé à l’entraînement. En deuxième mi-temps, on a manqué de créativité, de réalisme. Je peux me tromper mais je pense qu’ils frappent quatre fois et qu’ils marquent quatre fois. »

Irréprochable depuis le début de la saison, Kompany a connu son premier passage à vide. Évidemment dans le rôle qui est le sien, atypique, les premières interrogations font surface. La DH se demande si l’international « aurait été plus appliqué s’il n’avait pas été entraîneur de son équipe (...) Kompany n’est pas une machine, et encore moins Superman. » De son côté, Samir Nasri a rendu une copie moyenne, à l’image de son équipe. L’apport du Français n’est pas encore suffisant pour les observateurs belges, qui attendent plus d’un joueur expérimenté au milieu d’un groupe jeune. « Ils vont apprendre, ils doivent apprendre. Et on va tout faire pour les aider », prévenait Kompany, qui regrettait le penalty concédé sur une touche. Voilà le genre de détails à régler. Le plus vite sera le mieux.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10