Les clubs belges se sont montrés particulièrement actifs cet hiver et ont dépensé plus d’une vingtaine de millions d’euros sur le mercato, un record ! Malgré un mercato terne et peu emballant, les clubs français ont dépensé 27,9 M€ sur le marché des transferts, grâce notamment à Monaco, Saint-Étienne et à Bordeaux qui représentent à eux seuls 80 % des transactions hivernales réalisées en Ligue 1. Chez nos voisins d’outre-Quiévrain, le mercato hivernal a été très animé chez les cadors de Jupiler League, mais de manière plus homogène. Moins fortunés qu’en France, les clubs belges ont multiplié les coups et les transferts peu onéreux.

Malgré tout, ils ont battu le record d’achats pour un marché hivernal avec une vingtaine de millions d’euros dépensés, soit beaucoup plus que le précédent record qui était de 13 M€ dépensés en 2013. Surfant sur les prestations d’Anderlecht et de la Gantoise en Coupe d’Europe, les cinq plus gros clubs de Belgique ont dépensé 19,55 M€ comme le rapporte Sudinfo.be ce mercredi. Malgré son mauvais classement en championnat, le Standard s’est montré le plus actif avec 7 M€ de dépenses, devant La Gantoise (5 M€) et Anderlecht (3,3 M€).

Si la signature de Jemerson à Monaco a été le transfert le plus cher en Ligue 1 avec 11 M€, l’arrivée la plus onéreuse en Jupiler League en est très loin. C’est le nouvel attaquant de Genk Nikolaos Karedis (Panathinaïkos), qui décroche la palme du joueur le plus cher de l’hiver avec un transfert à 3,2 M€. Viennent ensuite le transfert du milieu serbe Milos Kosanovic, qui passe de Malines au Standard pour 2,4 M€, et la signature pour 2 M€ du milieu sénégalais Stéphane Badji de Büyüksehir à Anderlecht. Des chiffres importants à l’échelle de la Belgique, qui n’incluent pas les arrivées remarquées en prêt de Victor Valdés (Manchester United) et d’Alexander Büttner (Dinamo Moscou), et qui laissent augurer un mercato estival très animé en Jupiler League, et pas forcément que dans le sens des départs.