Le marché portugais a la cote ces derniers mois, en France comme ailleurs en Europe. Et Benfica sait parfaitement en profiter. Le club de la capitale portugaise, qui a entrepris il y a quelques années de miser sur la formation et la préformation, récolte les fruits de son travail en profondeur avec les jeunes. Cet été, le SLB a ainsi vendu son gardien de but brésilien Ederson (23 ans), arrivé à Lisbonne à 16 ans, à Manchester City pour 40 M€. Nelson Semedo (23 ans), pur produit de la formation lisboète, a lui été transféré au FC Barcelone pour 35 M€ bonus compris, tandis que Victor Lindelöf (23 ans), arrivé au Estadio da Luz à 18 ans, est lui parti pour Manchester United contre un chèque de 35 M€.

D’excellentes et juteuses opérations qui prouvent que le quadruple champion du Portugal en titre est devenu une référence en matière de formation des jeunes talents. Autre exemple récent, Bernardo Silva (22 ans), certes révélé après son transfert à l’AS Monaco (prêt puis achat à 15,75 M€), sort lui aussi du Caixa Football Campus. Le virevoltant gaucher portugais a été vendu par les pensionnaires de Louis II à Manchester City pour environ 50 M€. C’est donc peu dire que les grands d’Europe aiment le made in Benfica. Le Paris SG n’a pas échappé à la règle, en recrutant Gonçalo Guedes (20 ans) en janvier pour 30 M€. Au micro de Foot Mercato, l’attaquant lusitanien a salué le travail entrepris par son ancienne écurie.

D’autres espoirs à venir !

« Benfica est un grand club. Ces dernières saisons, le SLB montre que sa formation est également de grandes qualités. Le club forme de grands joueurs, qui partent ensuite pour les plus grands clubs du monde. C’est très important. Je crois qu’il faut saluer et souligner le travail qui est fait par Benfica au sein de son académie, le Caixa Football Campus. Bravo à Benfica pour son travail avec les jeunes », nous a confié l’international portugais (2 sélections). Avant lui, d’autres déjà avaient rejoint de grosses machines continentales, pour le plus grand plaisir du président Luis Filipe Vieira qui, selon Record, a ainsi vu entrer plus de 200 M€ dans ses caisses grâce à son centre de formation depuis 2014. On pense à André Gomes (23 ans), parti pour 15 M€ à Valence avant de rejoindre le FC Barcelone pour 40 M€.

Renato Sanches (19 ans), issue de l’académie des Aguias, avait lui aussi rapporté gros l’an dernier. Son départ au Bayern Munich avait permis à Benfica d’encaisser un chèque de 35 M€ hors bonus. Le milieu de terrain pourrait d’ailleurs animer la suite du marché des transferts cet été, en rejoignant l’AC Milan, un autre cador du football européen en pleine reconstruction. Il se murmure d’ailleurs déjà que de jeunes pousses bientôt prêtes à éclore pourraient marcher sur les traces de leurs aînés, comme l’attaquant José Gomes (17 ans), les milieux Diogo Gonçalves (20 ans) et Romario Baldé (20 ans) ou encore le polyvalent droitier Buta (20 ans). Qu’on se le dise, comme l’Olympique Lyonnais en France, Benfica fait tourner à plein sa formidable académie.