« Les rivaux ? Les mêmes que d’habitude, même si je ne sais pas si Messi sera sur le podium, cette fois. Alors, disons, Salah, Modric, Griezmann, Varane, Mbappé, et les Français en général parce qu’ils sont champions du monde ». Dans un entretien accordé à France Football, Cristiano Ronaldo, tenant du titre, a dressé la liste subjective de ses concurrents dans la quête au Ballon d’Or 2018. Antoine Griezmann (27 ans) y figure.

Et l’international tricolore (65 sélections, 26 réalisations) espère bien être couronné, comme il l’a répété au micro d’ESPN. « Je rêve de le gagner. Je n’ai pas peur de le dire. Je rêve du Ballon d’Or, de la Ligue des Champions, de gagner encore la Coupe du Monde. Je rêve de beaucoup de choses. Ce genre de choses qui te motive chaque matin. Au niveau individuel, c’est la plus grosse récompense que tu peux gagner. C’est un trophée historique, le plus prestigieux », a-t-il lancé avant de poursuivre.

« The Best ? Je ne comprends toujours pas et je n’ai même pas essayé d’ailleurs »

« Néanmoins, je suis aussi un joueur qui pense collectivement plus qu’individuellement, mais ce serait sympa de le remporter, vu tout ce que j’ai traversé depuis que j’ai quitté ma famille à 13 ans », a-t-il glissé. L’attaquant de l’Atlético Madrid, sous contrat jusqu’en juin 2022, espère pouvoir, avec le Ballon d’Or, laver l’affront subi par les Bleus lors du récent trophée The Best. Aucun Français n’avait en effet figuré parmi les trois finalistes de la distinction de la FIFA.

Une hérésie pour le natif de Mâcon. « Cela ne concernait pas que moi. C’était aussi au sujet des autres joueurs français. Je ne comprends toujours pas et je n’ai même pas essayé d’ailleurs. C’était surprenant de voir qu’aucun champion du Monde n’était pris en considération », a-t-il conclu. Le message est passé. Ambitieux, Antoine Griezmann ne se cache pas et rêve en grand. On saura le 3 décembre s’il sera exaucé.