C’était le grand jour. Antoine Griezmann était présenté en tant que nouveau joueur du FC Barcelone ce dimanche après-midi. L’attaquant tricolore avait le sourire au Camp Nou, lui qui a vécu des derniers jours très compliqués, marqués par une petite guerre entre l’Atlético de Madrid et le FC Barcelone à son sujet. Le joueur lui-même a confié avoir assez peu dormi cette semaine, le temps que tout soit réglé. Le natif de Mâcon et le président Josep Maria Bartomeu ont d’ailleurs répondu à la polémique avec le club de la capitale espagnole lors de cette conférence de presse de présentation.

Le nouveau numéro 17 du FC Barcelone s’est lui montré plutôt mesuré, et il a d’ailleurs remercié les Colchoneros à plusieurs reprises, eux qui l’accusent pourtant d’avoir signé un contrat avec le Barça dès le mois de mars. « C’est toujours difficile de quitter ta maison, un endroit où tu étais très à l’aise, avec tes coéquipiers qui sont devenus des amis, une famille. Je n’ai que de l’admiration et du respect pour ce club, j’ai tout donné sur le terrain du début à la fin de la saison, je n’ai rien à me reprocher. C’est dommage par rapport à l’Atlético. Mais je suis allé les voir exprès pour ne pas les mettre en porte-à-faux et qu’ils puissent préparer l’avenir, on s’était mis d’accord, mais finalement ça a changé... », a-t-il confié, un peu amer.

« Je pense qu’il n’y aura pas d’évolution positive pour eux »

Quant à Josep Maria Bartomeu, on le sentait plutôt agacé. Pour lui, le FC Barcelone n’a absolument rien à se reprocher dans ce dossier : « j’ai parlé avec l’Atlético et Enrique Cerezo (le président, NDLR), je comprends qu’ils défendent leurs intérêts. On fait pareil, on verra comment ça se passera mais je pense qu’il n’y aura pas d’évolution positive pour eux, il n’y a rien, aucune preuve. On a contacté Antoine Griezmann, enfin son entourage plutôt, une fois qu’il a fait sa vidéo en mai, pendant qu’il était en sélection je crois. Il n’y a rien d’illégal ». Toujours est-il que l’Atlético aurait en sa possession des documents qui prouvent le contraire. Qui dit vrai dans ce dossier ?

On rappelle que les Colchoneros réclament 200 millions d’euros aux Barcelonais, le montant de l’ancienne clause libératoire de Griezmann, puisqu’ils estiment que c’est cette clause qui doit prévaloir, le contrat entre le Français et le champion d’Espagne ayant été bouclé en mars. L’Atlético devrait porter ce dossier devant la FIFA selon la presse espagnole, et c’est donc l’organisme qui régit le football mondial qui devrait trancher. D’ici là, Antoine Griezmann va pouvoir oublier ces derniers jours compliqués et découvrir ses nouveaux partenaires à l’entraînement...