Officiellement prêté au Betis Séville par le Paris Saint-Germain en toute fin de mercato (prêté avec une option d’achat automatique de 25 M€ si la formation andalouse se qualifie en coupe d’Europe en fin de saison), Giovani Lo Celso (22 ans) n’avait pas eu le temps d’être présenté. Immédiatement parti rejoindre la sélection argentine pour une série de matches amicaux aux États-Unis, le jeune milieu de terrain est enfin rentré sur les bords du Guadalquivir pour être présenté aux médias réunis dans l’enceinte bética.

« Dès le premier instant, je n’ai pas douté et le staff technique m’a reçu de la plus belle des manières. Il y a un beau style de jeu qui me fera grandir », a-t-il immédiatement lâché, visiblement très heureux d’avoir rejoint les rangs verdiblancos. Sans surprise, alors que son départ du PSG a quelque peu surpris en France en raison des carences parisiennes dans l’entrejeu, Lo Celso n’a pas échappé aux questions liées aux raisons de son départ précipité du club de la capitale.

Lo Celso ne voulait que le Betis

« Ce fut une longue négociation, mais nous (lui et le Betis) voulions que ça se fasse. C’est un club avec une croissance importante. Tous ceux qui aiment le football aiment la façon de jouer du Betis. Dès le premier appel, j’ai été convaincu de signer au Betis. Je voulais grandir en tant que joueur. En plus, le club est de retour en coupe d’Europe. Ça été long parce que partir du PSG, ce n’est pas facile, mais nous y avons fait beaucoup d’efforts ».

Et s’il n’est que prêté, Lo Celso ne se voit pas revenir à Paris de sitôt. Outre les fortes chances de voir le Betis finir européen en fin de saison, le joueur a clairement affiché son envie de rester très longtemps dans la capitale andalouse. « Oui, bien entendu. Je suis ici pour le projet et parce que le club a grandi. Ça motive énormément un joueur et quand un joueur se sent à l’aise dans un club, c’est difficile de vouloir s’en aller. Aujourd’hui, je ne pense qu’à profiter et à me mettre aux ordres de l’entraîneur ». Et pour son baptême du feu, Lo Celso pourrait être servi avec un déplacement à Valence où il croiserait le chemin d’un autre Parisien parti cet été, Gonçalo Guedes.