Clément Lenglet est aujourd’hui un membre important de l’effectif barcelonais. Après avoir profité des pépins physiques de Samuel Umtiti pour se faire une place dans le onze d’Ernesto Valverde la saison dernière, il ne l’a plus quittée, et est aujourd’hui le compagnon de charnière indiscutable de Gerard Piqué. Cet été, il a accueilli un nouveau compatriote à Barcelone, où Antoine Griezmann est arrivé en tant que recrue star du mercato catalan. Mais pour le moment, l’ancien de l’Atlético connaît quelques difficultés pour s’intégrer dans le jeu du champion d’Espagne en titre, notamment à cause de son positionnement, lui qui est souvent très excentré sur le flanc gauche. En conférence de presse à Clairefontaine, le défenseur central formé à Nancy a été assailli de questions sur Grizi, qui compte 4 buts et 3 passes décisives en 11 rencontres de Liga.

« Quand il vient en sélection, il prend énormément de plaisir, il est là depuis pas mal de temps, il a vécu des grandes compétitions, il en a gagné une, il a ses repères. Il est très content et il a une histoire vachement forte avec la sélection, on le sent très heureux. À Barcelone aussi il est heureux, même si parfois vous dites le contraire. Il a le sourire au quotidien, c’est un bon vivant sur et en dehors du terrain », a d’abord lancé le défenseur central tricolore, avant de se pencher sur le positionnement de son compatriote : « en équipe de France, il joue en tant que deuxième attaquant et tourne autour du joueur de pointe, c’est peut-être plus facile pour lui de se procurer des occasions par rapport à son intelligence et son flair. Sur le coté on est déjà plus loin du but donc c’est plus dur de s’en procurer, il part d’un peu plus loin aussi. Par rapport à la France en tout cas où il peut récupérer les deuxièmes ballons, arriver lancé. Dans tous les cas il travaille, il a une super mentalité, et aide ses deux équipes ».

« Ce n’est pas simple de s’intégrer dans un club comme le Barça »

La différence de style de jeu entre l’Atlético de Madrid et le FC Barcelone est aussi un élément important qu’il faut prendre en compte lorsqu’on analyse le début de saison de Griezmann. L’adaptation au jeu catalan n’est pas évidente comme l’a bien expliqué le défenseur : « ce n’est pas simple de s’intégrer dans un club comme le Barça, avec des joueurs déjà en place, un vécu ensemble et une manière de jouer particulière. C’est un jeu de position qu’Antoine n’avait pas l’habitude de pratiquer avec l’Atlético où il partait de beaucoup plus loin. Tout ce temps d’adaptation qu’il faut pour être au mieux sur le terrain et performer de la meilleure façon possible. À Barcelone on essaye de récupérer ballon le plus haut possible, faire des efforts intenses sur 20 ou 30 mètres. À l’Atlético ce n’est pas pareil, il se repliait plus bas et ressortait sur des courses de 50/60 mètres. Ce sont des choses qu’il faut assimiler parce que physiquement ce n’est pas le même effort et mentalement aussi. Antoine le travaille au quotidien et pendant les matchs, ça sera de mieux en mieux ».

Enfin, la question de l’accueil du vestiaire lui a été posée. Sur les réseaux sociaux et dans plusieurs médias, on a parlé d’un refus de joueurs comme Lionel Messi ou Luis Suarez de donner le ballon à Antoine Griezmann. Des potentiels soucis avec les cadres du vestiaire donc, aussitôt réfutés par Lenglet. « Messi est quelqu’un de très calme, de très posé, très naturel. Quand on arrive dans un groupe comme le Barça on fait attention à ce qu’on fait, mais ce n’est pas Leo qui vient nous donner des ordres ou réprimander. C’est quelqu’un de simple qui nous laisse jouer, c’est pareil avec Antoine ou avec moi. Le dialogue se fait, il a un noyau très fort autour de lui mais il est aussi très ouvert, on peut parler de plein de choses, pas que du foot, mais aussi des à côtés. C’est quelqu’un de simple qui nous aide au quotidien », a expliqué l’international tricolore. Puisse ce break international faire du bien à Antoine Griezmann pour revenir plus fort que jamais à Barcelone.