Voilà trois matchs que le FC Barcelone ne gagne pas en Liga. Un match nul contre Girona (2-2), une défaite chez Leganés (2-1) et un nouveau nul contre l’Athletic ce week-end (1-1). Évidemment, la situation est loin d’être critique, d’autant plus que les Catalans sont encore leaders du championnat, profitant du petit coup d’arrêt du Real Madrid - face à des rivaux d’un calibre supérieur - et du début de saison très moyen de l’Atlético. Mais si Ernesto Valverde ne trouve pas des solutions, cette mauvaise série pourrait se prolonger, d’autant plus que le calendrier du Barça fait peur : le champion d’Espagne en titre va enchaîner Tottenham (LDC), Valence, Séville, l’Inter (LDC) et le Real Madrid !

Les choix d’Ernesto Valverde de plus en plus étranges

Même si la presse catalane reste encore prudente et réservée, beaucoup de supporters du FC Barcelone tiennent le principal responsable de cette légère méforme : Ernesto Valverde. Effectivement, le jeu déployé par les Catalans est bien loin de ce qu’on avait l’habitude de voir ces dernières années. Et ça ne date pas de cette saison. Exit le jeu de combinaison et la recherche de la possession, ce Barça du Txingurri semble surtout s’appuyer sur les exploits individuels et les coups d’éclat de ses meilleurs éléments plutôt que de baser l’animation offensive de son équipe sur des séquences collectives. Ce qui donne lieu à des rencontres souvent insipides, où les Blaugranas se contentent de faire tourner le ballon, sans vraies idées, dans l’attente que l’un des joueurs offensifs réalise un exploit.

Concrètement, on ne sait pas exactement quel style Valverde veut donner à son équipe, si on part du principe qu’il souhaite en donner un. Certains choix au niveau des hommes alignés sont aussi contestés, notamment quand le tacticien s’obstine avec un Ivan Rakitic qui est en grande difficulté, alors que des joueurs comme Arturo Vidal ou Arthur ont montré de bonnes choses lorsqu’ils ont eu l’opportunité de fouler la pelouse. Le fait qu’il ne fasse pas appel aux éléments les plus prometteurs de La Masia comme Juan Miranda ou Carles Aleñá commence aussi à peser.

Une dépendance à Messi de plus en plus marquée

Et forcément, lorsqu’on parle d’individualités attendues pour faire la différence, on pense directement à Lionel Messi. La dépendance au talent de l’Argentin n’est encore une fois pas une nouveauté du côté de Barcelone, mais elle s’est clairement accentuée cette saison. C’est simple, en regardant le Barça, on a parfois l’impression que le plan de jeu est "donner la balle à Messi, et attendre l’exploit". A la création, à la dernière passe et à la finition, l’Argentin doit souvent porter l’équipe sur ses épaules. S’il est bien sûr appuyé par d’autres éléments de qualité aux avant-postes, ces derniers manquent souvent à l’appel en ce début de saison, enchaînant le bon et le moins bon, à l’image d’Ousmane Dembélé et de Luis Suarez. Seul Philippe Coutinho parvient réellement à tirer son épingle du jeu.

Certains joueurs n’y sont plus

Si l’équipe dépend autant de Lionel Messi, c’est aussi parce que certains joueurs manquent à l’appel. Le cas Luis Suarez est flagrant : s’il revient plutôt bien sur les deux derniers matchs sur le plan physique, on est encore loin du meilleur Pistolero dans la surface adverse, et ses premières rencontres de la saison étaient même catastrophiques. Tout l’inverse d’un Ousmane Dembélé qui a démarré en trombe mais peine maintenant à enchaîner régulièrement. Quant à Ivan Rakitic, son apport dans le jeu ne se résume presque plus qu’à des passes latérales ou en retrait, étant à la peine lorsqu’il s’agit de briser des lignes et trouver des solutions devant. Dans l’arrière-garde, Gerard Piqué a aussi connu un début de saison très compliqué, commettant de nombreuses erreurs qui ont coûté des buts.

Une assise défensive perdue

Effectivement, le numéro 3 du FC Barcelone affiche un niveau inquiétant en ce début de saison, mais ce n’est pas le seul. Lorsqu’il a joué, bien que gêné par ses problèmes au genou, Samuel Umtiti a également affiché certaines lacunes, et Clément Lenglet n’a pas saisi sa chance face à Girona. Plus qu’individuel, le problème pourrait bien être collectif, notamment au niveau du milieu de terrain, qui ne "filtre" peut-être plus assez et laisse trop passer les adversaires. Ainsi, les défenseurs centraux barcelonais, déjà pas toujours aidés par leurs latéraux, se retrouvent souvent à égalité ou en infériorité numérique face aux attaquants rivaux. Après 7 journées de Liga, le Barça a déjà encaissé 8 buts, c’est autant que sur toute la phase aller (donc 19 matchs) la saison dernière !