Un récidiviste. Il y a quelques mois, au micro de La Resistencia sur Movistar, Gerard Piqué faisait le show ; à coups de punchlines bien senties. Ces dernières semaines, alors que son club, le FC Barcelone, traversait une sérieuse zone de turbulences, le défenseur central s’était offert une sortie dont il a le secret pour fustiger le comportement d’une partie de la presse catalane. Invité sur le plateau d’El Hormiguero diffusé par Antena 3, aux côté de David Ferrer, fraîchement retraité des courts de tennis, le Catalan a enfoncé le clou.

« Il y a deux semaines, nous étions plongés en pleine crise et maintenant que nous avons gagné quatre matches, c’est différent. Tout dépend toujours du résultat », a-t-il regretté avant de poursuivre. « En général, je suis conscient des polémiques dans lesquelles je m’embarque. Je m’en fous, je le vis bien. Le monde du football est un spectacle. C’est une farce, tout ce que vous lisez, ce sont des mensonges. Tout est beaucoup simple. Les relations entre les joueurs sont fantastiques. Quand on créé des polémiques, c’est parce qu’on veut mettre un peu de piquant », a révélé l’homme d’affaires qui a racheté les droits de la Coupe Davis.

Addiction au Nutella, allergie au Real Madrid

Souvent cible des critiques de l’autre côté de Pyrénées, le central à la langue bien pendue (102 sélections, 5 réalisations) ne s’est pas caché. « Jeune, les critiques me touchaient davantage, maintenant, je m’en moque. Avec le temps, tu relativises, tu apprends que, quand tu perds, tu es critiqué et, quand tu gagnes, tu es encensé, même si tu n’es pas bon », a expliqué le propriétaire du Andorra FC, avouant que les critiques étaient désormais devenues une source de motivation pour lui.

« Mais avoir les gens contre moi me motive, parce que plus tu es bon, plus tu emmerdes les critiques. Mes dernières années en sélection étaient les meilleures, j’étais plus motivé que jamais », a-t-il confié, se laissant ensuite aller à une drôle de confidence pour un sportif de haut niveau. « Je mange un demi-pot de Nutella par jour », a-t-il conclu, se disant également « allergique », sur le ton de l’humour, au maillot du Real Madrid, qu’il n’a jamais enfilé même s’il en a échangé quelques-uns avec des Merengues. Jamais avare en bons mots Gerard.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10