Loin de Paris, Giovani Lo Celso s’éclate merci pour lui. Brillant depuis son arrivée au Betis Séville en août dernier, le petit argentin subjugue les observateurs par son talent. Utilisé à six reprises en Liga par Quique Setién, le joueur qui appartient encore au PSG est également apparu à trois reprises en Ligue Europa. Et à chaque fois, ses performances furent abouties, avec en point d’orgue, une merveilleuse partition récitée à San Siro jeudi soir face à l’AC Milan (2-1). Passeur décisif sur le premier but du Betis, Lo Celso s’est chargé d’asséner le coup de grâce avec une superbe frappe lointaine.

Précieux dans l’entrejeu, l’international argentin a impressionné par sa virtuosité et sa clairvoyance. Le quotidien sportif andalou Estadio Deportivo lui a même donné un excellent 9/10. Pour As, le milieu de terrain demeure tout simplement l’un des joueurs les plus importants de la formation andalouse, le tout en neuf apparitions sous le maillot du Betis. Un retour au premier plan qui a permis au natif de Rosario de retrouver une place de titulaire en sélection argentine sous les ordres de Lionel Scaloni. Les supporters sévillans ne s’y trompent pas, Giovani Lo Celso constitue déjà une pièce essentielle du puzzle façonné par Quique Sietén.

Vers un casse-tête Lo Celso pour le Betis ?

Le technicien espagnol a d’ailleurs salué comme il se devait la prestation de son protégé. « Lo Celso est un grand footballeur. Il nous a aidés à trouver plus d’espaces quand nous avons attaqué. Il grandit, il est en confiance, son implication sur les deux buts, c’est la cerise sur le gâteau, » confiait ainsi Sietén à l’issue de la rencontre. Mais le principal protagoniste pourrait cristalliser l’attention malgré lui, dans les prochains mois.

En effet, Lo Celso est prêté au Betis par le PSG avec option d’achat automatique à 25 millions d’euros en cas de qualification européenne. Et le club andalou n’est pas habitué à débourser des sommes astronomiques pour enrôler des nouveaux joueurs. Pour le moment, le Betis Séville occupe la onzième place du classement en Liga et cela reste difficile d’extrapoler sur la position finale qu’occupera le club espagnol en fin de saison. Du côté de Benito Villamarin, on imagine mal l’avenir sans le petit génie argentin, et on peut légitimement le comprendre...