L’ambiance était à la fête avant la rencontre du côté de Barcelone. Premièrement, parce que les Catalans venaient de s’offrir le titre de champion contre le Depor, et c’était leur premier match à la maison depuis, mais surtout parce que c’était le dernier Clasico d’Andrés Iniesta. Tout le Camp Nou attendait donc un gros match du milieu de terrain espagnol. Mais le numéro 8 n’a malheureusement pas vraiment brillé.

Dans l’entrejeu blaugrana, il n’a pas su tirer son épingle du jeu, n’étant que trop peu influent dans l’élaboration des actions catalanes. Il a même perdu certains ballons et a manqué plusieurs passes, ce qu’on a pas l’habitude de voir chez lui. A sa décharge, ses coéquipiers n’étaient également pas au niveau, à l’image de Rakitic ou même de Busquets, en dessous de son vrai niveau. Jordi Alba, avec qui il a l’habitude de combiner sur le flanc gauche, a aussi été assez discret dans son apport offensif. En soit, Iniesta n’a pas été mauvais, mais a été assez loin de ce qu’il a l’habitude de nous offrir dans les gros matchs.

Zinedine Zidane l’a attendu

« J’ai des problèmes depuis la finale de Coupe et je fais tout ce qui est possible pour jouer ces matchs, et profiter de ces instants. Il faut en profiter jusqu’à la fin », a déclaré le milieu de terrain, qui n’était donc pas à son meilleur niveau physique. « Je retiens tout, j’ai eu de la chance de jouer un Clasico même si ce n’était pas dans les meilleures conditions. Ce sont des matchs où il faut profiter », a-t-il ajouté. On peut donc imaginer que, s’il ne quittait pas le Barça en fin de saison, il aurait éventuellement pu être mis au repos par Ernesto Valverde.

On retiendra tout de même cette belle ovation de tout le stade lorsqu’Ernesto Valverde a pris la décision de le sortir, aux alentours de l’heure de jeu. A la fin de la rencontre, Zinedine Zidane l’a même attendu quelques minutes pour le saluer et lui rendre un bel hommage, lui qui l’avait déjà encensé à plusieurs reprises ces derniers jours. Un superbe geste entre deux légendes de leur club respectif. L’émotion était telle que personne ne pourra reprocher à Iniesta sa prestation moyenne face à l’ennemi juré...