Une stabilité à toute épreuve

Dans un championnat où beaucoup d’équipes doivent se reconstruire perpétuellement été après été, la Real Sociedad a une nouvelle fois réussi à conserver le même squelette que la saison dernière. Cette colonne vertébrale composée par le gardien Geronimo Rulli, notamment convoité par Naples, par le défenseur central Íñigo Martínez, tout proche du Barça cet été, par Asier Illarramendi, Xabi Prieto ou encore Willian José. Il n’a donc pas fallu de temps d’adaptation aux pensionnaires d’Anoeta, qui se connaissent déjà par cœur, tout comme Eusebio sait déjà comment exploiter le meilleur de chacun d’entre eux. D’où ce début de saison en fanfare, là où d’autres clubs qui luttent plus ou moins pour les mêmes objectifs rament un peu plus. Les quelques joueurs arrivés comme Diego Llorente, ou Januzaj qui a débuté le week-end dernier, ont déjà montré de belles choses et prouvé qu’ils peuvent apporter une vraie plus-value.

Des joueurs déjà au top

Mieux encore, les joueurs cités ci-dessus sont déjà excellents sur le plan individuel. Le meilleur exemple est probablement Xabi Prieto, qui en plus d’avoir récemment fêté ses 500 rencontres sous le maillot txuri-urdin, brille à ce poste de milieu relayeur à profil créatif, où il avait été replacé la saison dernière, lui qui a été un ailier toute sa carrière. Sa qualité technique et sa vista en font un atout terrible pour le club basque. Asier Illarramendi lui s’est même découvert une nouvelle passion pour les buts, lui qui a planté un doublé de belle facture chez le Deportivo dimanche ! Il faut aussi souligner la forme de Juanmi, auteur de trois buts lors de ces trois premières journées de Liga, lui qui démarre sur le flanc gauche mais qui ne cesse de repiquer au cours de la rencontre.

La cantera est productive

Lorsqu’on parle de formation au Pays-Basque, on a souvent tendance à penser à l’Athletic. Mais la Real Sociedad n’est clairement pas en reste. Dans l’équipe entraînée par Eusebio, on compte au moins cinq ou six joueurs formés au club dans chaque onze titulaire aligné les week-ends, et ils font souvent partie des meilleurs éléments de l’équipe, comme Illarramendi, Prieto, Zurutuza, Íñigo Martínez. Et les joueurs venus des équipes de jeunes continuent à affluer en équipe première. Kevin Rodrigues, le franco-portugais qu’on avait déjà pu apercevoir à quelques reprises la saison dernière, s’est définitivement imposé sur le flanc gauche de la défense après le départ de Yuri au Paris Saint-Germain, et d’après les fans du club de Saint-Sébastien, il fait déjà mieux que lui, notamment dans la qualité de centre et de sa prise de décision dans les derniers mètres. L’ailier Oyarzabal (20 ans) et le latéral droit Odriozola (21 ans), révélations de la saison dernière, ont également montré qu’ils comptent bien poursuivre sur leur lancée et font déjà partie des candidats à être sélectionnés par Lopetegui pour la Roja.

Un arsenal offensif impressionnant

Si les Txuri-Urdines sont aussi bons en ce début de saison, c’est parce qu’ils sont efficaces. Ils ont effectivement marqué au moins 3 buts dans chacune de ces 3 premières rencontres de Liga, grâce à Juanmi, cité ci-dessus par exemple, mais aussi Willian José. Deux joueurs qui ont la capacité pour atteindre les 15 buts chacun en championnat cette saison. Et il ne faut pas oublier des joueurs du calibre de Carlos Vela sur le banc, lui qui rejoindra cependant la Major League Soccer cet hiver ou le prometteur Jon Bautista, autre joueur issu de la formation du club sur qui on dépose de gros espoirs.

De nouvelles alternatives

Habitué à jouer en 4-3-3, dans un schéma misant principalement sur la possession de balle et le jeu en mouvement, avec des latéraux particulièrement offensifs, Eusebio a, notamment grâce aux joueurs arrivés à l’intersaison, de nouvelles alternatives. Diego Llorente, le défenseur qui était prêté à Malaga par le Real Madrid la saison dernière, est terriblement dangereux sur les coups de pied arrêtés offensifs par exemple. Un joueur comme Januzaj permet à l’équipe de passer par l’axe du jeu quand les couloirs sont bouchés. Le bon niveau des joueurs de banc lui permet aussi de changer d’approche en cours de rencontre et passer par exemple en 4-2-3-1.