Pour cette trente-huitième journée de Liga, Ernesto Valverde devait à nouveau se passer de Marc-André ter Stegen, touché au genou, mais également de Luis Suarez, Philippe Coutinho et Ousmane Dembélé, également forfaits. Le technicien décidait d’aligner une équipe plus que cohérente, malgré la perspective d’une finale de Coupe du Roi, et laissait Moussa Wagué, Carles Alena et Riqui Puig sur le banc. Face au 4-4-2 des Blaugranas, José Luis Mendilibar alignait le même dispositif avec Charles et Sergi Enrich sur le front de l’attaque. La première étincelle était pour les visiteurs dans ce match. Attentif, Sergi Roberto récupérait le ballon après une passe manquée de Joan Jordan et alertait Lionel Messi qui se heurtait au bon retour défensif de l’axe central des locaux (3e). Les joueurs d’Eibar répondaient presque immédiatement sur un bon centre de Pablo De Blasis, mais la reprise de volée de Charles était bien bloquée par Jasper Cillessen (4e). Le début de match des Basques était bon, mais ni la poitrine de Sergi Enrich (15e), ni la frappe de Charles (18e) ne parvenaient pas à inquiéter le portier néerlandais du Barça. La quatrième était la bonne. Propriété du Barça et prêté cette saison, Marc Cucurella déclenchait une lourde frappe à ras terre qui trompait Jasper Cillessen. Le tout premier but en Liga du natif d’Alella, et ce, face à son club formateur (1-0, 21e). Apathiques, les hommes de Valverde frôlaient ensuite la catastrophe.

À l’affût d’une perte de balle de Gérard Piqué, Charles allumait le gardien des Blaugranas qui ne se faisait pas surprendre cette fois (22e). Le salut catalan venait finalement d’Arturo Vidal, qui, d’une sublime passe, lançait un Lionel Messi qui ne se faisait pas prier pour éliminer Marko Dmitrović et remettre les deux équipes à égalité (1-1, 31e). Jusque-là muet, l’Argentin doublait même la mise quelques secondes plus tard. Après un bon travail de Jordi Alba, Ivan Rakitić alertait de nouveau Lionel Messi qui s’offrait un doublé d’un subtil piqué du pied droit (1-2, 32e). D’une efficacité folle, le Barça repassait devant en l’espace d’une minute, après une première demi-heure pourtant bien pauvre. Malgré ce coup sur la tête, les Eibarrès réagissaient tout de même et revenaient au score. À la retombée d’une mauvaise appréciation de Jasper Cillessen, décidément bien maladroit aujourd’hui, Pablo De Blasis reprenait le ballon d’une volée coup de pied droit et trouvait la lucarne à plus de vingt-cinq mètres (2-2, 45e). Une égalisation méritée, qui permettait à Eibar de rentrer au vestiaire sur un score nul, deux buts partout.

Un Jasper Cillissen inquiétant, à six jours d’une finale de Coupe du Roi

Plus volontaires que leurs adversaires du jour, les Basques étaient tout proches de repasser devant dès la reprise, mais Jasper Cillessen, certes grossier sur quelques interventions mais définitivement étrangement sollicité, repoussait la frappe de Sergi Enrich (51e). La réaction barcelonaise n’intervenait que dix minutes plus tard. Monté aux avant-postes, Gérard Piqué réchauffait Marko Dmitrović, jusque-là bien peu inquiété (61e). Moins animée, la seconde période suivait tranquillement son cours et n’était dynamisée que par quelques accélérations, à l’image de celle de Marc Cucurella, qui déposait Clément Lenglet mais ne parvenait pas à trouver un coéquipier dans la surface (76e). Alors que le match nul semblait inévitable, le pur produit de la Masia prêté à Eibar avait une opportunité en or de remettre les locaux devant. Malheureusement pour le joueur de 20 ans, pourtant dans une position idéale, sa frappe s’envolait dans les nuages du Stade Ipurua (81e), tout comme celle de Lionel Messi un peu plus tard (84e).

Au terme d’une seconde période bien moins attrayante, la rencontre s’achevait sur un match nul deux buts partout (Cucurella 20e, De Blasis 45e contre Messi, 31e et 32e). Un résultat qui ne rassure pas les Blaugranas qui peuvent notamment se poser quelques questions à propos de leur portier, Jasper Cillessen, dont la prestation peut laisser songeur à six jours d’affronter Valence en finale de la Coupe du Roi. Les supporters du Barça pourront tout de même se consoler avec la performance de Lionel Messi. Auteur d’un doublé, qui porte son nombre de buts à 36, l’Argentin file tout droit vers le soulier d’or européen. Seul Kylian Mbappé, qui compte quatre réalisations de moins à une journée de la fin en Ligue 1, peut encore le rattraper. Ce sera tout de même très compliqué pour l’international français.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10