La semaine du titre pour le FC Barcelone ? Après la Juventus en Italie et le Paris Saint-Germain en France, le club catalan est lui aussi tout proche de fêter son sacre national. Mais pour pouvoir célébrer ce 26e titre de champion d’Espagne, il fallait s’imposer ce soir au Pays-Basque, sur la pelouse d’Alavés. Une rencontre a priori abordable pour la formation entraînée par Ernesto Valverde, puisque si les Blanc et Bleu ont longtemps été à la lutte pour l’Europe, ils sont dans le dur en ce moment, avec trois défaites et deux nuls sur les cinq dernières journées de Liga. L’entraîneur barcelonais faisait d’ailleurs tourner, et Lionel Messi démarrait par exemple sur le banc. Dembélé, Suarez et Coutinho composaient le trio d’attaque, devant un milieu Busquets-Vidal-Aleñá. Samuel Umtiti était lui de retour dans l’axe de la défense. En face, Abelardo, qui va quitter le club en fin de saison selon les informations parues en Espagne, misait sur un 5-4-1 plutôt défensif, avec la présence entre autres de l’ancien Bordelais Diego Rolan, peu utilisé cette saison. Il devait se passer de joueurs clé comme Jonathan Calleri ou Takashi Inui.

Finalement, le leader du championnat espagnol l’a emporté 2-0. Très vite, le Barça avait une occasion en or. Profitant d’une erreur de Pina, Coutinho décalait sur Suarez qui butait sur Pacheco. Derrière, le Brésilien récupérait le ballon mais jouait mal le coup, tirant sur un défenseur (5e). La domination était catalane, mais les joueurs offensifs barcelonais se montraient trop imprécis devant. Une chose semblait certaine : Alavés blindait derrière et n’avait clairement pas l’intention de jouer l’attaque. Le Barça s’approchait facilement de la surface, mais se loupait tout le temps dans le dernier geste. Dembélé trouvait Suarez dans la défense, mais l’Uruguayen ne pouvait pas battre Pacheco (29e). Les Barcelonais n’avaient au moins pas à s’inquiéter derrière, si ce n’est sur cette tête d’Ely bien captée par ter Stegen sur cette touche longue jouée dans la boîte (37e). Il récidivait ensuite sur un coup franc, mais cette fois ce n’était pas cadré (40e).

Le Barça a fait le boulot en deuxième période

Il fallait signaler la nouvelle prestation plutôt médiocre de Philippe Coutinho sur ce flanc gauche, pas forcément aidé par Sergi Roberto derrière lui. Le Barça manquait clairement d’idées devant, et l’absence d’un certain argentin se faisait sentir. A la pause, la possession était de 81% en faveur du club catalan ! Seul Ousmane Dembélé, par moments, donnait l’impression de pouvoir accélérer un peu le jeu et de mettre un peu le feu dans la défense basque. Nelson Semedo passait à gauche et Sergi Roberto démarrait à droite en ce début de deuxième période. Mais le leader du championnat d’Espagne avait toujours du mal, et commençait même à laisser des espaces derrière, face à une équipe d’Alavés légèrement plus offensive. Le jeu était d’ailleurs de plus en plus haché... Jusqu’à ce que Sergi Roberto, après un une-deux avec Vidal, trouve d’une superbe passe Aleñá dans la surface rivale.

Le joueur formé à la Masia terminait l’action à merveille face à Pacheco (0-1, 54e). Luis Suarez avait bien joué le coup en laissant passer le ballon pour le milieu de terrain. Quelques minutes plus tard, Tomas Pina touchait le cuir de la main dans sa surface, et l’arbitre indiquait donc le pont de penalty en faveur du Barça. Luis Suarez s’élançait et le transformait, même si Pacheco avait légèrement touché le ballon (0-2, 60e). Les Basques n’étaient pas au bout de leurs peines puisque Lionel Messi entrait en jeu, remplaçant Dembélé. Le portier d’Alavés devait sortir une intervention décisive pour empêcher l’Argentin de marquer sur cette action individuelle (69e). Jony tentait se sauver l’honneur des siens avec cette belle frappe qui passait relativement près du poteau droit de ter Stegen (75e). Dans la foulée, Vidal était tout proche de marquer le troisième but catalan de la tête (76e). Le score n’a plus bougé, et le Barça peut être sacré dès demain soir en cas de défaite de l’Atlético face à Valence.

Revivez le film du match sur notre live commenté.