Samedi soir, Séville s’inclinait lourdement sur la pelouse du Wanda Metropolitano face au FC Barcelone. Une défaite qui pouvait être prévisible pour certains ; mais c’est surtout la manière qui a fait mal. Jamais les Andalous n’ont été en mesure de lutter ni même de poser des problèmes aux Blaugranas, et les supporters se sont notamment plaint de l’absence de pressing, du manque d’intensité ou des largesses défensives de leurs joueurs. De quoi conclure une saison déjà pas forcément brillante, avec une septième position en Liga pour le moment, des grosses défaites infligées par les gros du championnat, et un parcours européen certes correct mais qui n’a pas servi à faire oublier les contreperformances sur la scène nationale. Et une petite révolution s’annonce cet été à Séville...

« Il ne reste plus qu’à prendre des mesures lors du conseil d’administration (il se tiendra mardi, NDLR), celles qui seront suffisantes pour ces 5 derniers matchs de Liga », a ainsi confié le président José Castro. Et la première victime devrait vraisemblablement être Vincenzo Montella, l’entraîneur italien arrivé pour remplacer Eduardo Berizzo cet hiver. L’ancien de l’AC Milan n’a jamais fait l’unanimité, et ses jours semblent comptés. Le quotidien AS explique que le vétéran Joaquín Caparrós, qui connaît bien la maison, pourrait prendre la relève. Le deuxième fusible qui risque de sauter est Oscar Arias, le directeur sportif qui a succédé à Monchi cet été. Le quotidien explique que sa situation pourrait même être encore plus délicate que celle de Montella ; et son recrutement est jugé décevant, lui qui a pourtant pu dépenser 80 millions d’euros, somme la plus élevée de l’histoire du club.

Un rachat en vue ?

Il faut dire que des joueurs comme Nolito, Luis Muriel ou Simon Kjaer n’ont pas porté totale satisfaction, tout comme les arrivées hivernales Roque Mesa ou Sandro, pratiquement anecdotiques. Jesus Navas et Guido Pizarro sont les seules recrues de l’été dernier à s’être fait une vraie place dans les compositions de Berizzo et de Montella. Et ça pourrait aussi bouger dans les bureaux. Ainsi, selon SevillaInfo.es, la vente de la majorité d’actions du club à un fond d’investissements étranger (a priori chinois mais certains évoquent aussi des investisseurs américains) est pratiquement bouclée.

Des négociations qui ont lieu depuis des mois déjà, et qui pourraient rapidement aboutir. Un changement institutionnel qui bouleverserait logiquement la structure du club, et José Castro serait donc lui aussi probablement remercié, comme l’indique le média local andalou. Et au niveau de l’effectif, même si rien n’a encore fuité pour l’instant, il y aura probablement de nombreux remaniements... L’intersaison va donc être passionnante à suivre du côté de Nervión...