Déstabilisé par le départ de Neymar, le FC Barcelone n’avait convaincu personne sur le marché des transferts cet été. Ce malgré l’arrivée d’Ousmane Dembélé, blessé gravement lors de la quatrième journée de championnat. Inquiétants, à la mi-août les Catalans avaient été terrassés par le Real Madrid lors de la Supercoupe d’Espagne ; double confrontation qui lançait la nouvelle saison de Liga (défaite 5-1 sur les deux rencontres). Mais quinze rencontres plus tard, le FC Barcelone est invaincu en Liga comme en Ligue des champions et en Coupe du Roi.

Si pour enchaîner ces bonnes performances, les Catalans ont, forcément, beaucoup marqué - inscrivant la bagatelle de 28 buts en Liga (10 journées), 7 en Ligue des champions (4 journées) et 3 en Coupe du Roi (1 rencontre) - ils ont également, et surtout, très bien défendu. Le Barça compte actuellement le plus faible nombre de buts encaissés des cinq grand championnats européens. Les Blaugranas ne sont allés chercher le ballon au fond de leurs filets qu’à trois reprises en championnat : seuls Getafe, Eibar et l’Atlético de Madrid sont parvenus à tromper Ter Stegen. A cela s’ajoute le but inscrit par l’Olympiakos en Ligue des champions. Et c’est tout.

Ter Stegen, un dernier rempart toujours prêt

Buteurs face au Barça, Gaku Shibasaki, Sergio Enrich, Saul Niguez et Dimitros Nikolaou feraient presque office de héros. Avec 11 clean-sheets sur les 15 derniers matches du FC Barcelone, Marc-André ter Stegen fait partie des piliers de la défense barcelonaise. Ernesto Valverde a d’ailleurs loué le travail de son gardien. « Il n’y a rien d’anormal dans le fait que les gardiens prennent des buts, mais lorsque ton gardien fait preuve de l’adresse de Marc, il faut le féliciter. Il est une assurance pour nous. Nous en sommes très contents », s’est récemment enthousiasmé le coach blaugrana.

Titulaire lors de quatre des cinq rencontres disputées par la Mannschaft lors de la Coupe des Confédérations, cet été, profitant de l’absence de Manuel Neuer, Marc-André ter Stegen avait été désigné homme du match lors de la finale remportée aux dépens du Chili (0-1). Le portier allemand a poursuivi sur cette voie en club. Décisif dans le jeu aérien, il a, comme un certain Victor Valdés en son temps, la propension à rester concentré 90 minutes, même lorsque le score est acquis (Espanyol, Juventus). S’il a la capacité à mettre son corps en opposition, à la manière d’un gardien de handball, Ter Stegen est aussi de plus en plus à l’aise dans ses prises de balles.

Souvent peu inquiété, il est parvenu lors des dernières rencontres à réaliser l’arrêt qu’il faut, au bon moment. Sur les quatre buts encaissés par le portier allemand cette saison, les frappes de Shibasaki et Saul étaient chirurgicales et semblaient inatteignables. Le but d’Enrich pour Eibar, venait lui d’un manque d’attention de Piqué, alors que le buteur de l’Olympiakos, Nikolaou, avait lui placé une tête hors de portée du gardien blaugrana. Décisif dans les matches importants (double-arrêt face à l’Atlético, rassurant face à la Juve), il reste sur un match étincelant face à l’Athletic, lors duquel il a écœuré les Basques, en réalisant cinq arrêts.

Un turn over et une confiance individuelle retrouvée

Débarqué de Bilbao cet été, Ernesto Valverde a pris les rênes de l’effectif catalan sans pour autant révolutionner le schéma en place. Non issu du cru même s’il y a joué brièvement pendant sa carrière, le coach a fait preuve d’ouverture d’esprit et procédé à un turn-over impliquant des joueurs dans le doute et sur qui Luis Enrique ne comptait pas forcément. Pour le meilleur et pour le pire, Valverde a par exemple réintroduit André Gomes au milieu ou Aleix Vidal, brièvement, aux avant-postes. Derrière, Sergi Roberto et Nelson Semedo se sont partagés les titularisations côté droit (6 chacun), alors que côté gauche, si Jordi Alba est dans la forme de sa vie, Lucas Digne a également pris part à quatre rencontres, toutes compétitions confondues.

L’ancien défenseur du Paris Saint-Germain est d’ailleurs revenu sur la bonne forme de la défense blaugrana. « Quand on parle du Barça, on parle surtout de son style offensif, mais on oublie l’efficacité défensive de notre jeu. C’est génial de nous voir prendre si peu de buts. Ça nous a aidés à obtenir cette série de bons résultats (13 victoires, 2 nuls) et en tant qu’arrière gauche, je trouve forcément que la défense est très importante, » avait déclaré le natif de Meaux. Dans l’axe de la défense, Samuel Umtiti s’impose comme le taulier. Le natif de Yaoundé de 23 ans est considéré par les observateurs comme le meilleur défenseur de Liga actuellement.

Avec 12 titularisations, championnat et Ligue des champions confondus, il est le défenseur le plus utilisé par Ernesto Valverde. Un changement d’entraîneur et de méthode que le défenseur évoque sans détours. « Ce sont différentes façons de travailler, le nouvel entraîneur est plus calme, a une façon différente de parler et de gérer le groupe, il apporte de la tranquillité ». Et les statistiques plaident en la faveur de Samuel Umtiti. Depuis son arrivée au Barça, l’ancien lyonnais a été titularisé à 32 reprises en Liga...pour un total de 30 victoires, 1 match nul (Atlético de Madrid, 1-1, 17/18) et 1 seule défaite (Malaga, 2-0, 16/17). Et lorsque l’un ou l’autre est absent ou a besoin de repos, Javier Mascherano est une solution de repli toujours valable. Lors des cinq titularisations de l’Argentin cette saison, le Barça n’a encaissé qu’un seul but.

Des performances à nuancer en fonction des adversaires ?

Si le classement est mouvant, et non figé dans le temps, les Catalans ont, lors des dix premières journées de Liga, affronté les quatre derniers (Alavés, Malaga, Las Palmas, Eibar), un Athletic 15e, le promu Girona 13e et le 11e et voisin de l’Espanyol. Des équipes de la première partie de tableau, le Barça n’a affronté que Getafe (10e), le Betis (8e) et son seul gros choc a été le déplacement à Madrid, pour y affronter un Atlético (4e) sur la pente descendante. Le FC Séville se présente ce soir au Camp Nou et un vrai test semble attendre les Blaugranas, qui se déplaceront à Turin et à Valence fin novembre.

Avant la rencontre face à des Sévillans cinquièmes et qui comptent la 11e attaque de Liga, avec 11 buts inscrits, le coach blaugrana Ernesto Valverde est revenu sur la bonne forme de sa défense. Le coach originaire d’Estrémadure considère que l’aspect offensif du jeu barcelonais influe directement sur la défense. « L’aspect défensif est toujours lié à l’aspect offensif. Notre idée est de beaucoup créer et d’empêcher l’adversaire de jouer. Notre objectif est d’être efficace devant et de provoquer des occasions de but. Notre réussite dépend de comment nous sommes. »