Des regards hagards, des têtes baissées, des bras ballants et l’étrange sensation de voir 11 joueurs totalement perdus sur un terrain : les joueurs madrilènes ont offert une triste image lors du Clasico perdu face au Barça à Santiago Bernabeu (0-4). Face à l’euphorie individuelle et collective des Blaugranas, les Merengues étaient totalement désarmés. La faute à la tactique de Rafa Benitez ? Oui, disait la presse, ne cessant de pointer du doigt les incompréhensions croissantes entre l’entraîneur et ses joueurs. Mais ces derniers n’échappent pas à la critique, et aujourd’hui, Marca livre un réquisitoire à l’encontre de ceux qui ont déçu.

Pour le journal pro-Madrid, ils sont 6 à être rangés dans le camp des coupables. Et en premier lieu la BBC. Ce fameux trio qui a tant fait rêver la Casa Blanca était à des années-lumière de son meilleur niveau. Et le fait que Benzema et Bale ne soient pas encore totalement à 100 % , ou au moins revenus dans le rythme, n’est pas une excuse aux yeux de Marca. Face au Barça, Bale a été jugé « hors sujet » et Marca pointe ses statistiques (2 buts en Liga) « ridicules ». Benzema a lui été « déconnecté du jeu de l’équipe ». Quant à Cristiano Ronaldo, le journal appuie là où ça fait mal, expliquant qu’il n’a pas marqué lors des matches importants du Real Madrid (PSG, Séville, Barça). Affront ultime : Marca estime que la BBC ne fait pas le poids face à la MSN (Messi-Suarez-Neymar) pourtant privée de l’Argentin !

Le ton est le même concernant Toni Kroos, une autre grande déception de samedi. « Perdu sur le terrain, il n’est que l’ombre du milieu de terrain qui brillait la saison passée », peut-on lire. L’Allemand a eu la tête sous l’eau durant toute la rencontre et n’a jamais su poser le pied sur le ballon durablement, pour faire respirer ses partenaires. Un tort partagé avec Luka Modric, cependant moins ciblé. Les critiques touchent également Sergio Ramos « en déroute face à Suarez et Neymar » et évidemment le latéral droit Danilo, « insignifiant dans le jeu, défensivement et offensivement ». Varane, pourtant en grande difficulté, est plutôt épargné, même si les médias espagnols ont noté sa fébrilité inhabituelle. Ceux qui s’en sortent avec les honneurs sont Keylor Navas, Marcelo et James Rodriguez, considérés comme les seuls ayant évolué à un niveau décent. C’était évidemment bien trop peu pour contester la supériorité collective barcelonaise.