Plébiscité. Avant l’annonce de la liste de Didier Deschamps pour les Pays-Bas, Antoine Griezmann (23 ans) était souhaité par tous les observateurs. Il faut dire que l’attaquant de poche sortait d’un excellent début d’année 2014, avec 5 réalisations en 14 apparitions toutes compétitions confondues sous le maillot de la Real Sociedad (19 buts en 45 matches au total). Seulement, depuis sa titularisation et sa première cape avec les Bleus, l’attaquant marque quelque peu le pas. S’il est toujours un titulaire indiscutable pour Jagoba Arrasate, le natif de Mâcon est muet face aux cages adverses. Une inefficacité qui pose question. Il s’est donc présenté à la presse pour faire face et répondre aux interrogations.

« Je ne suis pas inquiet. La saison passée, je n’avais marqué que 10 buts à cette époque. J’en ai déjà marqué 15. Je suis en pleine forme et je prends beaucoup de plaisir. Nous nous étions habitués à ce que je marque toutes les semaines, mais ce n’est pas mon jeu », a-t-il indiqué avant de poursuivre. « Je suis bien physiquement. Je joue, j’ai du temps de jeu, je suis en jambes et je suis frais dans ma tête. Parfois, le ballon entre. Parfois non. Mais je ne me prends pas la tête, que je marque ou pas. Si tu regardes chaque match, j’ai toujours des occasions. Je continue à m’en procurer et, parfois, le gardien s’interpose ou le ballon passe à côté. Je suis certain que je marquerai à nouveau dans les matches qu’il nous reste à jouer, mais le plus important pour moi, c’est d’aider l’équipe. Si je peux le faire en marquant, c’est encore mieux », a-t-il expliqué.

Le problème, c’est que, dans son sillage, c’est tout le club basque qui cale, perdant du terrain sur ses concurrents pour les places européennes en Liga (le FC Séville et l’Athletic Bilbao notamment). Alors, forcément, les critiques sur son implication, à l’approche de la Coupe du monde et du mercato commencent à pleuvoir. L’international tricolore a répondu, sans détour. « À chaque fois, j’entends ou je lis que je pense au Mondial ou à d’autres choses, mais c’est faux. Ceux qui me connaissent savent que je ne suis concentré que sur la Real. Je ne pense qu’au match contre le Celta et à la Real. (...) On peut dire ce que l’on veut, mais je sais ce que je veux et ce que je pense, rien de plus. Je ne suis pas triste, j’ai toujours le même sourire », a-t-il lâché. Solide face aux médias, Antoine Griezmann doit désormais répondre sur le terrain.