Quatre matches, trois défaites et un nul et zéro but inscrit. Depuis son dernier succès le 22 septembre dernier contre l’Espanyol Barcelone (1-0) en Liga, le Real Madrid n’a plus connu le goût de la victoire. Après une lourde défaite face au FC Séville (0-3) et un nul contre l’Atlético de Madrid (0-0), la Casa Blanca a chuté sur la pelouse du CSKA Moscou en Ligue des Champions (0-1). Une défaite surprise dont les Merengues n’ont pas réussi à se relever ce week-end. Face à Alavés, la formation de Julen Lopetegui n’a jamais trouvé la solution et a même tout perdu dans les dernières secondes sur un but de Manu Garcia (90e+5, 0-1). Avec ce nouveau revers, le champion d’Europe laisse l’opportunité au FC Barcelone, qui affronte Valence demain (20h45), de prendre de l’avance en tête de la Liga.

Mais ce n’est pas tout. Car derrière, le FC Séville, l’Atlético de Madrid et même le Betis peuvent tous doubler le Real Madrid ce dimanche en cas de succès. Les Merengues pourraient donc passer la trêve internationale à la cinquième place. Une situation alarmante qui n’inquiète pas Sergio Ramos. Interrogé après la rencontre, le capitaine madrilène a fait part de la motivation de ses troupes. « Cette équipe se bat pour les premières places. Si les gens disent que le Real Madrid est mort, ils ont tous tort, nous allons nous battre jusqu’à la mort parce que c’est notre ADN et c’est ce que nous avons l’habitude de faire. Chaque fois que les choses ne se passent pas comme prévu, les gens se fâchent. Nous sommes les premiers à dire que nous voulons gagner et nous restons toujours calmes », a lâché le défenseur espagnol dans des propos relayés sur le site du club.

Sergio Ramos soutient Julen Loptegui

Pas question donc pour les hommes de Julen Lopetegui de lâcher l’affaire après huit matches de championnat d’Espagne. Et en tant que capitaine, Sergio Ramos compte bien montré la voie à suivre dans les prochaines semaines : « c’est un problème commun, mais c’est important pour nous d’être unis et de ne blâmer personne, nous sommes tous conscients de la réalité, mais nous devons rester calmes, l’équipe a faim, elle est prête à aller de l’avant et ambitieuse, et en tant que capitaine, je le ressens plus que quiconque. Nous sommes sur le bon chemin malgré les mauvais résultats. Il faut tenter de changer cette série pour gagner des matchs. »

Arrivé cet été pour remplacer Zinedine Zidane, Julen Lopetegui est donc dans la tourmente, et parfois pointé du doigt pour les mauvais résultats. Questionné sur son entraîneur, Sergio Ramos a donc fait front derrière lui en lui affichant son soutien. « Effectuer ces changements cruciaux relève de la responsabilité des autres, et non des joueurs. En tant qu’équipe, il n’est pas bon que l’entraîneur soit changé. Ce serait ridicule », a expliqué le joueur de 32 ans pour conclure. Le match du Real Madrid contre Levante le 20 octobre prochain, après la trêve internationale, sera donc suivi de près. Et les Merengues n’auront pas le droit à l’erreur sous peine de plonger dans une crise.