Les temps sont durs à Séville. Si le club andalou a obtenu des résultats plus que corrects ces derniers temps - avec deux belles remontadas (3-3 face à Liverpool, 3-2 face à Villarreal ce week-end) - la maladie d’Eduardo Berizzo, opéré avec succès mardi soir, passait logiquement avant toute considération sportive. Mais dans le même temps, un autre épisode logiquement passé inaperçu à côté des soucis de l’entraîneur argentin anime l’actualité du club sévillan : le cas Steven N’Zonzi. Plusieurs médias, comme Onda Cero, rapportent que le Français s’est brouillé avec son coach à la mi-temps du match Séville-Liverpool (les Andalous perdaient alors 3-0).

Remplacé à la pause, le milieu de terrain a directement quitté le stade ! Un comportement qui n’est logiquement pas bien passé auprès d’Eduardo Berizzo. Conséquence : N’Zonzi n’a pas été convoqué pour la rencontre face à Villarreal de dimanche, ni pour celle de Coupe du Roi face à Cartagena ce mercredi soir. Il a même été un temps écarté du groupe, avant de retrouver ses partenaires à l’entraînement mardi. On prête au joueur une mauvaise relation avec Berizzo depuis quelque temps déjà, avec pour origine une modification de son rôle et de son poste sur le terrain comme l’explique le Diario de Sevilla. Le Français souhaite ainsi jouer seul devant la défense, alors que l’Argentin l’a souvent aligné devant - ou aux côtés de - Guido Pizarro.

« N’Zonzi ne comprend pas le foot comme je le comprends moi ou comme le comprennent d’autres joueurs », confiait Berizzo avant la rencontre face à Villarreal. « C’est un joueur de l’effectif et il signera son retour dans les listes une fois qu’on jugera que ce sera nécessaire », a de son côté expliqué l’adjoint Ernesto Marcucci mardi. Autant dire que cette situation remet fortement en question l’avenir de l’ancien de Stoke City au sein du club sévillan, lui qui était déjà sur le départ lors du dernier mercato estival, où des clubs comme la Juventus lui faisaient du pied. Avis aux intéressés : sa clause est de 40 millions d’euros.