Une petite saison et puis s’en va. Voilà comment résumer le parcours de Jorge Sampaoli à la tête du FC Séville. Arrivé l’été dernier sur le banc de touche du club andalou en lieu et place d’un Unai Emery parti au Paris Saint-Germain, le technicien argentin a su imposer sa griffe à Sanchez Pizjuan. Le club de Nervion a d’ailleurs enfin pu se qualifier pour un huitième de finale de Ligue des Champions, et terminera à la quatrième place de la Liga.

Seulement, ce passionné a décidé de tirer sa révérence un an après avoir posé ses valises à Séville. Et pour cause, le fin tacticien âgé de 57 ans a préféré accepter le défi de relever la sélection argentine, son pays : « Mon rêve depuis toujours est d’entraîner la sélection argentine. En tant qu’Argentin, je ne peux pas refuser cette opportunité même si elle brise ma carrière européenne, qui avait très bien débuté. Je dois y aller », explique-t-il, relayé par El Pais.

Sampaoli n’a pas pu refuser l’Argentine

« Maintenant, il ne reste qu’à la Fédération et au FC Séville à se mettre d’accord sur la rupture de mon contrat. Cela se fera après le match contre Osasuna qui, je l’espère, sera une fête car nous avons gagné la Liga que nous devions gagner, derrière les 3 grands, et pendant 30 journées nous avons lutté avec eux pour le titre », développe le natif de Casilda, alors qu’une indemnité de 1,5 M€ est annoncée pour dédommager les Andalous.

L’heure est donc maintenant venue de dire adieu à Séville, un club pour lequel Sampaoli estime avoir plus que bien travaillé : « Cela a été difficile de parvenir à entraîner en Europe et j’ai réussi pendant un moment à faire parler de Séville dans toute l’Europe. Je suis très reconnaissant envers mon club, mais on parle de l’Argentine », conclut-il, oubliant au passage que, avant lui, le FC Séville restait sur trois victoires d’affilée en Ligue Europa. De quoi déjà faire parler sur le Vieux continent...