Que s’est dit Adrien Rabiot mercredi en apprenant qu’il ne serait pas titulaire face à Liverpool ? La frustration devait être grande, d’autant que le PSG est en manque de milieux de terrain cette saison. Le schéma hybride utilisé par Thomas Tuchel (avec Marquinhos évoluant milieu sans le ballon et troisième défenseur central avec le ballon) a justifié l’option choisie, purement tactique, mais cela n’empêchera pas le joueur de se poser des questions. Entré à la 84e minute, il a encore été sifflé par une partie du public parisien. Et cela n’a pas manqué d’être noté par la presse espagnole.

Ce matin, Sport évoque en effet la nouvelle désillusion du milieu de 23 ans, et voit ça comme un nouvel élément en faveur du FC Barcelone, qui travaille sur sa signature depuis de longues semaines maintenant, principalement par l’intermédiaire d’Éric Abidal, le secrétaire technique du club catalan. Le Barça serait trop heureux de récupérer gratuitement un joueur formé au PSG, une manière de prendre sa revanche après le coup Neymar réalisé en 2017.

La Juve à fond sur Isco

Surtout, le quotidien Sport se félicite d’un nouveau cas à venir sur le marché des transferts. On parle là d’Isco, laissé en tribunes par Santiago Solari lors du dernier match du Real Madrid en Ligue des Champions, face à l’AS Rome. Le divorce serait consommé entre les deux hommes et voilà Isco annoncé dans tous les plus grands clubs européens, de Manchester City à Chelsea en passant par la Juventus. La Juve, justement, est sur tous les fronts. Trop même, pour le journal Sport, qui explique que le club bianconero privilégiera l’option Isco à l’option Rabiot.

De plus, selon la presse italienne, la Vieille Dame, friande des recrues à 0 euro, pourrait également se pencher sur Aaron Ramsey, en fin de contrat avec les Gunners. Ce qui la pousserait à abandonner la piste Rabiot et laisserait les coudées franches au Barça. Pour le PSG, c’est une mauvaise nouvelle puisque la Juventus représentait, aux yeux d’Antero Henrique, une possibilité de vente durant le mois de janvier pour ne pas subir l’humiliation d’un départ libre vers Barcelone l’été prochain. Cela semble mal parti.